Commentaire ~ Une confession

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Mon histoire est assez routinière, rien de particulier à son sujet, mais je te le raconte de sorte que peut-être tu pourras apprendre de mon erreur. Mon mariage a commencé comme une union très heureuse entre mon mari et moi. Nous n’étions pas riches, mais nous étions contents de ce que nous avons. Nous avons eu une fille que tous les deux aimons intensément. Au début de notre mariage, nous mettions notre fille au lit, ensuite nous prions, donnions louanges à Allah et récitions le Coran.

Un jour, nous avons vérifié nos épargnes et nous nous sommes rendu compte que nous avions épargné un montant d’argent assez considérable. J’ai ainsi proposé à mon mari que nous devrions acheter des bonds d’épargne à base d’intérêts, les profits que nous pourrions certainement utiliser pour aider notre fille plus tard dans la vie. Nous avons donc investi tout ce que nous avons, y compris l’argent que j’ai gagné en vendant mes bijoux. Après une courte période, les prix des parts ont chutés et nous avons fait faillite, en plus de ça nous avions beaucoup de dettes. Nous venons d’apprendre de façon difficile que:

Allah anéantit l’intérêt usuraire et fait fructifier les aumônes. Et Allah n’aime pas le mécréant pécheur. (Coran 2 :276)

Pendant l’une des nuits difficiles qui ont suivi, je suis entré dans un grand argument avec mon mari et j’ai exigé qu’il me divorce. Il a alors crié « Tu es divorcé de moi… tu es divorcé de moi! ». Mon enfant et moi avons pleuré et à travers beaucoup de larmes, une chose qui me passait constamment à mon esprit: Nous avons été joints ensemble par l’obéissance à Allah et nous sommes devenus séparés par la désobéissance à Allah.

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 257

Hadith ~ Reste plus qu’une coudée

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Ibn Masud (que Allah lui accorde Sa satisfaction) rapporte: « Le Messager de Dieu (bénédiction et salut d’Allah sur lui), et c’est lui le véridique et le digne d’être cru, nous a fait ce discours: « On consacre quarante jours à la création de l’un de vous dans le ventre de sa mère pour en faire une goutte de liquide. Puis on en fait une masse accrochée dans la même période. Puis on en fait un bol de mastication dans la même période. Puis on lui envoie l’Ange qui insuffle en lui l’esprit (l’âme) et l’on prédétermine pour lui quatre choses: sa subsistance, la durée de sa vie, la valeur de son oeuvre et sa prédestination soit en Enfer, soit au Paradis. Par Celui en dehors de qui il n’est point de dieu, l’un de vous fait certainement l’oeuvre des gens destinés au Paradis jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une coudée entre lui et le Paradis et voilà que sa prédestination le devance, il commet alors un acte de ce que font les gens de l’Enfer et il y entre. Et l’un de vous fait certainement l’oeuvre des gens voués à l’Enfer jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une coudée entre lui et l’Enfer et voilà que sa prédestination le devance, il fait alors un acte de ce que font les gens du Paradis et il y entre ». (unanimement reconnu authentique)

Commentaire:

Ce Hadith inquiétant nous oblige à vivre jusqu’au dernier moment entre la crainte et l’espérance étant donné que c’est seule la phase finale de notre vie qui nous désigne soit au Paradis, soit à l’Enfer quelle que soit notre oeuvre durant toute notre vie.

Un Hadith dit que les choses sont uniquement jugées sur eur conclusion.

Le Diable était un très grand savant (Lucifer = porteur de lumière) et il a adoré Dieu durant soixante dix mille ans. Mais sa prédestination à l’Enfer fut la plus forte. Il commit alors sa fameuse désobéissance à Dieu et tomba dans les abîmes de la malédiction éternelle.

Il nous appartient donc de ne jamais nous satisfaire de notre oeuvre si elle est bonne et de ne jamais désespérer en la clémence de Dieu quel que soit le nombre de nos péchés.

Nous prions Le Tout-Puissant de nous prédestiner la bonne conclusion.

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Chapitre 49, Page 160, Numéro 394

Hadith ~ Celui qui a eu l’intention

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Selon Abdullah Ibn Abbas (que Allah lui accorde Sa satisfaction), le Messager de Dieu (bénédiction et salut d’Allah sur lui) a dit parmi ce qu’il a raconté sur son Seigneur glorifié et exalté: « Dieu a fait mentionner par écrit (par les deux Anges gardiens attachés à chaque personne) les bonnes actions et les mauvaises », puis il a donné cet éclaircissement: « Celui qui a eu l’intention de faire une bonne action mais n’a pu la réaliser, Dieu, glorifié et exalté, la lui inscrit comme une bonne action entière. S’il a eu l’intention de la faire et s’il l’a exécutée, Dieu lui inscrit pour elle une bonne action supérieure de dix à sept cents et davantage encore. S’il a eu l’intention de commettre une mauvaise action et s’il ne la fait pas, Dieu la lui inscrit comme une bonne action entière. S’il a eu l’intention de la faire et s’il la fait, Dieu la lui inscrit comme une seule mauvaise action ». (unanimement reconnu authentique)

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Chapitre 1, Page 6, Numéro 11

Commentaire ~ Trois qualités

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Trois qualités se révèlent en trois circonstances: la maîtrise de soi dans la colère; le courage au combat et la fidélité en amitié dans le besoin.

On a dit aussi que l’homme injuste, même encensé, paie inéluctablement le prix de son iniquité, et que l’opprimé, si humilié fût-il, tôt ou tard trouvera la voie du salut.

Extrait de « Les Mille et Une nuits I »
Édition de Jamel Eddine Bencheickh et André Miquel

Hadith ~ La palmeraie de « Bayruha »

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Anas (DAS) a dit: « Abou Talha (DAS) était à Médine le plus riche propriétaire de palmiers des Ansars. La palmeraie qu’il aimait le plus était celle de « Bayruha » qui faisait face à la mosquée. Le Messager de Dieu (BSDL) y entrait souvent et y buvait d’une eau suave. Anas a dit: « Quand fut descendu ce verset (« Jamais vous n’atteindrez la bienfaisance jusqu’à ce que vous dépensiez de ce que vous aimez »). Abou Talha vint au Messager de Dieu (BSDL) et lui dit: « O Messager de Dieu! Dieu exalté a fait descendre sur toi: « Jamais vous n’atteindrez la bienfaisance jusqu’à ce que vous dépensiez de ce que vous aimez » et, de tous mes biens, rien ne m’est plus cher que « Bayruha ». Aussi est-elle désormais de ma part une aumône pour Dieu exalté. J’espère y trouver un bien dans ce monde et dans l’autre auprès de Dieu exalté. Place-la donc, ô Messager de Dieu, à l’endroit que te fait voir Dieu ». Le Messager de Dieu (BSDL) lui dit: « Bravo! Bravo! Voilà donc un placement gagnant! J’ai bien entendu ce que tu viens de dire et je suis d’avis que tu la places parmi tes parents ». Abou Talha dit: « C’est ce que je vais faire, ô Messager de Dieu! » Et il partagea la palmeraie entre ses proches et ses cousins. (unanimement reconnu authentique)

BSDL: bénédiction et salut de Dieu sur lui
DAS: que Dieu lui accorde Sa satisfaction

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Chapitre 36, Page 126, Numéro 296

Commentaire ~ Calife Omar à Jérusalem

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Sous le Califat de Omar (DAS), Amr Bin Al’As (DAS) assiégea Jérusalem. Après la chute d’Antioche Abou Obeida, Khalid (DAS) et d’autres chefs musulmans se joignirent à lui.

Les chrétiens avaient peu d’espoir de Byzance. Aussi décidèrent-ils de se rendre.

Cependant les chrétiens avaient quelque crainte. Ils savaient que d’autres villes avaient cédé avant eux. Et, dans chaque cas, les musulmans, vainqueurs ont respecté la vie, les biens et les lieux d’adoration des vaincus, permettant à ces derniers de suivre leur propre religion.

Mais à propos de Jérusalem, les chrétiens ne pouvaient pas en être très sûrs car cette ville était aussi sacrée aux musulmans qu’à eux.

Avant de se rendre, ils voulaient s’assurer qu’ils seraient bien traités. Les chrétiens firent une proposition à Abou Obeida (DAS):

– « Nous sommes prêts à nous rendre, dirent-ils, mais votre Calife doit venir ici afin de signer le traité de paix ».

Les chefs musulmans tinrent conseil sur cette proposition. A la fin, ils acceptèrent.

– « Pourquoi épandre du sang inutilement, dirent ces chefs musulmans, si les choses peuvent s’arranger »?

La proposition des chrétiens fut communiquée au Calife.

Jérusalem pouvait être pris sans verser une goutte de sang. Mais pour cela, Omar (DAS) devait venir de Madinan à Jérusalem; c’est ce qu’il accepta avec empressement.

Le Calife laissa Ali (DAS) à Madinan comme son remplaçant et parti lui-même pour Jérusalem. Il avait seulement un serviteur avec lui et un chameau. Son serviteur et lui montaient à tour de rôle sur l’animal.

Il se passa que, ce fut le tour du serviteur le jour où ils atteignirent Jérusalem.

– « O Chef des Croyants! dit le serviteur, je te cède mon tour. Ce serait embarrassant aux yeux des gens si moi je monte et vous conduisez le chameau ».

– « Oh non! répliqua Omar (DAS), je ne vais pas être injuste l’honneur de l’Islam est suffisant pour nous ».

(…) Puis le Calife signa le traité de paix:

– « Du Serviteur d’Allah, et Chef des Croyants Omar (DAS): les habitants de Jérusalem seront assurés sécurité de vie et des biens: leurs églises et leurs croix ne seront pas touchés. Ce traité s’applique à toutes les personnes de cette ville. Leurs lieux d’adoration resteront intacts et ne seront ni pris, ni démolis. Les gens seront libres de suivre leur religion. Aucun trouble ne sera semé… »

Les portes de la ville furent maintenant ouvertes.

Omar (DAS) alla droit au Temple de Daoud (BSDL) (Masjid Aqsa)

Là il pria sous l’Arche de Daoud (BSDL). Puis, il visita la grande église chrétienne de la ville. Il y était encore lorsque arriva l’heure de la prière de l’après-midi.

– « Vous pouvez la faire dans l’église » dit l’évêque.

– « Non, répliqua Omar (DAS), car si je la fais, les musulmans peuvent un jour prendre cela comme excuse pour vous enlever votre église. »

Et, Omar (DAS) pria sur les marches de l’église et après… donna à l’évêque un écrit qui disait que les marches ne doivent jamais être utilisées pour les prières en congrégation, ni pour le azzan.

BSDL: bénédiction et salut de Dieu sur lui
DAS: que Dieu lui accorde Sa satisfaction

Les Quatre Califes de l’Islam
Abou Bakr (DAS), Omar (DAS), Osman (DAS) et Ali (DAS)
Par le Professeur Fazl Ahmad
P54

Hadith ~ L’homme le plus dévot

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Sois scrupuleux et tu seras l’homme le plus dévot.

Contente-toi de peu et tu seras l’homme le plus reconnaissant à Dieu.

Aime pour les autres ce que tu aimerais pour toi-même et tu seras croyant.

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Page 29

Commentaire ~ Une observation

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

…Ce contraste peut être expliqué par l’observation de l’historien islamique éminent, Ibn Khaldun. Il a déclaré que, il est normal pour que les sujets regardent vers leurs conquérants pour des solutions à leurs problèmes. Ce qui sont défaites chercheront naturellement à identifier les causes de leur défaite et à les attribuer souvent à leur mode de vie (idéologie). Par conséquent, le résultat est soit une réforme ou abandon de leur idéologie. L’un ou l’autre de ces résultats mènera à un niveau d’émulation de l’idéologie de conquérants. Ainsi, les mouvements réformistes ont commencé à imiter l’occident en approuvant le modèle européen imposé d’états nations et par la suite ont abandonné le concept d’un état Islamique unifié…

Hadith ~ Issue favorable

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Malek Al-Achja’i -que Dieu l’agrée-, rapporte Ibn Ishaq, vint trouver le Prophète (BSDL) et lui dit: « Mon fils ‘Awf fut pris en captivité! ». Il lui répondit: « Envoie-lui dire que le Messager de Dieu t’ordonne de répéter souvent: « Il n’y a ni puissance ni force qu’en Dieu ». En effet, l’envoyé transmit ces mots à ‘Awf qui s’exécuta et passa la plupart de son temps à les répéter. Alors qu’il était ligoté, il constata que son lien se détacha. Il réussit à s’évader et, trouvant en sortant une chamelle, il la monta et parti. Sur son chemin, il rencontra un troupeau de chameaux, l’amena avec lui et, arrivé chez lui, appela ses parents. Son père s’écria: « C’est bien la voix de ‘Awf, je jure par le Seigneur de la Ka’ba ». Mais sa mère lui répondit: « Oh quel malheur! Comment pouvait-il être ‘Awf alors qu’il est prisonnier et ligoté? ». Le père et le domestique sortirent pour trouver ‘Awf avec un grand troupeau de chameaux, et il raconta à son père ce qui s’est passé. Le père se rendit chez le Messager de Dieu (BSDL) et lui raconta tout. Il lui dit: « Dieu à cette occasion fit cette révélation: …Et quiconque craint Allah, Il lui donnera une issue favorable, et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas. Et quiconque place sa confiance en Allah, Il [Allah] lui suffit. … [Coran 65 2-3]

BSDL: bénédiction et salut de Dieu sur lui

Les Compagnons du Prophète (Hayat-Assahaba)
Par Mouhammad Youssef Al-Kandahlawi – Volume II
Traduit par Fawzi Chaaban
Éditeur: Dar El Fikr – Beyrouth/Liban
Page 398

Ayaat 17-22 ~ Les romains (Ar-Rum)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Écoutez Récitation

17. Glorifiez Allah donc, soir et matin!

18. A Lui toute louange dans les cieux et la terre, dans l’après-midi et au milieu de la journée[1].

19. Du mort, Il fait sortir le vivant, et du vivant, Il fait sortir le mort. Et Il redonne la vie à la terre après sa mort. Et c’est ainsi que l’on vous fera sortir (à la résurrection).

20. Parmi Ses signes: Il vous a créés de terre, – puis, vous voilà des hommes qui se dispersent [dans le monde]-.

21. Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent.

22. Et parmi Ses signes la création des cieux et de la terre et la variété de vos idiomes et de vos couleurs. Il y a en cela des preuves pour les savants.

Sourate 30. Les romains (Ar-Rum)

[1] Ces deux versets 17 et 18 se réfèrent aux cinq prières quotidiennes:
Soir: veut dire les deux prières après le coucher du soleil (Magrib et Isa).
Matin: veut dire la prière d’avant le lever du soleil (Fajr).
Midi: prière du Zuhr; et l’après-midi la prière d’Al Asr.