Ayaat 15-30 ~ L’aube (Al-Fajr) ~ 15-30

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Écoutez Récitation

15. Quant à l’homme, lorsque son Seigneur l’éprouve en l’honorant[1] et en le comblant de bienfaits, il dit: « Mon Seigneur m’a honoré ».

16. Mais par contre, quand Il l’éprouve en lui restreignant sa subsistance, il dit: « Mon Seigneur m’a avili ».

17. Mais non! C’est vous plutôt, qui n’êtes pas généreux envers les orphelins;

18. qui ne vous incitez pas mutuellement à nourrir le pauvre,

19. qui dévorez l’héritage avec une avidité vorace,

20. et aimez les richesses d’un amour sans bornes.

21. Prenez garde! Quand la terre sera complètement pulvérisée,

22. et que ton Seigneur viendra ainsi que les Anges, rang par rang,

23. et que ce jour-là, on amènera l’Enfer; ce jour-là, l’homme se rappellera. Mais à quoi lui servira de se souvenir?

24. Il dira: « Hélas! Que n’ai-je fait du bien pour ma vie future!

25. Ce jour-là donc, nul ne saura châtier comme Lui châtie,

26. et nul ne saura garrotter comme Lui garrotte.

27. « Ô toi, âme apaisée,

28. retourne vers ton Seigneur, satisfaite et agréée;

29. entre donc parmi Mes serviteurs,

30. et entre dans Mon Paradis ».

Sourate 89. L’aube (Al-Fajr)

[1] En l’honorant: (autre sens) en étant généreux avec lui.

Commentaire ~ La bien n’est-elle pas la récompense du bien?

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Imam, Al-Qadi, Abu Bakr Muhammad bin’ Abdul-Baqi Al-Ansari – que la Miséricorde de Allah soit sur lui – vivait à la Mecque. Il n’avait pas mangé de la nourriture plus longtemps que ne lui était confortable. Il est devenu extrêmement affamé, mais n’avait rien avec lequel il pouvait manger. Pendant qu’il marchait dans les rues de la Mecque, pensant à sa situation fâcheuse, il a trouvé un sac en soie qui était attachée par une corde en soie. Après qu’il a pris le sac, Imam Abu Bakr l’a ramené à sa maison. Là il a ouvert le sac et a trouvé à l’intérieur un collier de perle, dont – en termes de beauté et qualité – il n’a jamais vu dans sa vie. Mais s’il avait eu un sentiment de joie d’avoir trouvé un objet de si grande valeur, cette joie était de courte durée, parce que quand il est retourné dans la rue, il a trouvé un vieil homme qui annonçait qu’il avait perdu un sac en soie qui contenait un collier de grande valeur. Le vieil homme a dit qu’il y avait une récompense de 500 dinars pour la personne qui lui retournera le sac et le collier.

Beaucoup d’autres personnes qui sont mis dans un examen similaire échouent, particulièrement ceux qui sont pauvres et pour qui la tentation d’un article de grande valeur est simplement trop irrésistible. Mais pas pour l’Imam Abu Bakr, qui au lieu de réfléchir sur sa propre situation, a ramené le vieil homme avec lui à sa maison et lui a demandé de décrire le sac, la corde, les perles et la corde à laquelle ils étaient attachés. Le vieil homme a naturellement donné une description précise du tout, après quoi Imam Abu Bakr a sorti les articles perdus et les lui a donné. Le vieil homme a immédiatement sorti 500 dinars et a essayé de les remettre à Imam Abu Bakr, qui a alors refusé de prendre la récompense, expliquant que c’était un devoir religieux sur lui de restaurer les articles perdus et que, donc, il ne convenait pas qu’il prend une récompense pour avoir accompli ce devoir. Le vieil homme a continué à insister pendant un moment, mais Imam Abu Bakr était résolu qu’il n’allait pas prendre l’argent. Le vieil homme a alors pris son congé et est allé sur son chemin.

Peu de temps après, Imam Abu Bakr, peut-être cherchant une nouvelle vie et un nouveau moyen de gagner sa vie, quitta la Mecque et est devenu un passager sur un navire. Pendant son voyage, le bateau a commencé à descendre et en conséquence, beaucoup de personnes sont mortes et leur richesse avec elles au fond de la mer. Le bateau se cassait en morceaux et avec beaucoup de difficultés, Imam Abu Bakr en se tenant sur un des morceaux du bateau parvenu à rester ainsi à flot. Il a continué à se tenir sur ce morceau cassé pendant longtemps jusqu’à ce qu’il ait finalement atteint une île habitée, il ne savait pas combien de jours il est resté en mer.

En tant que nouveau venu à l’île, il ne connaissait personne. Ayant besoin d’un endroit pour se reposer et récupérer, il s’est assis dans une Mosquée. Tandis qu’il était assis dans la Mosquée, lisant le Coran, beaucoup de personnes l’ont entendu et l’ont approché, lui demandant de leur enseigner le Coran. Il était trop heureux de les enseigner et comme récompense pour ses services, elles lui ont payé une somme d’argent significative.

Plus tard, il a trouvé des papiers sur lequel été écrit des chapitres du Coran, il avait finalement trouvé une occasion de lire directement du Coran au lieu de réciter de mémoire. Apparemment, la plupart des personnes sur l’île étaient illettrées et voyant qu’il pouvait lire, une foule des personnes l’ont approché et lui ont demandé s’il pouvait écrire. Il a répondu dans l’affirmative et ils ont dit: « Enseignez-nous comment écrire. » Ils lui ont alors amené des enfants de tous les âges et il est devenu leur professeur. Et encore, en échange pour ses services, il a été payé un grand montant d’argent.

Étant satisfaite avec le caractère et savoir du nouveau venu, les chefs de l’île l’ont approché disant: « Parmi nous vit une jeune orpheline. Elle est riche et nous voulons que tu la maries. » Au début, Imam Abu Bakr refusa, mais ils ont insisté jusqu’à ce que finalement il a accepté de l’épouser.

Le jour de leur mariage, les chefs de l’île ont présenté Imam Abu Bakr à sa nouvelle épouse. Avec un regard de stupéfaction totale dans ses yeux, il a commencé à regarder fixement le collier qu’elle portait. Il fixa ce collier tellement longtemps que les chefs de l’île ont dit: « Tu brises le coeur de ce jeune orpheline, car au lieu de la regarder, tu regardes plutôt son collier. » Imam Abu Bakr leur a alors raconté son histoire avec le vieil homme a la Mecque. Chacun alors commença à prononcer le Témoignage de la Foi et à exalter la Grandeur de Allah. Leurs voix étaient si fortes qu’ils pouvaient être entendues par tous les habitants de l’île. Imam Abu Bakr a demandé: « Mais qu’est-ce que vous avez? » Ils ont dit: « Le vieil homme qui a pris le collier de vous est le père de cette fille et il avait l’habitude de dire: ‘Je n’ai jamais trouvé un musulman dans le monde excepté l’homme qui m’a restauré ce collier.’ Et avait l’habitude de supplier: ‘O Allah, réunis moi et cet homme, de sorte que je puis le marier à ma fille.’ Et maintenant c’est fait. »

Imam Abu Bakr a survécu son épouse et aux enfants qu’elle lui donna. Héritant du collier et puis la vendant pour 100’000 dinars, il est resté un homme riche jusqu’à la fin de ses jours.

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 270