Ayaat 104-109 ~ Jonas (Yunus)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

104. Dis: « Ô gens! Si vous êtes en doute sur ma religion, moi, je n’adore point ceux que vous adorez en dehors d’Allah; mais j’adore Allah qui vous fera mourir. Et il m’a été commandé d’être du nombre des croyants ».

105. Et (il m’a été dit): « Oriente-toi exclusivement sur la religion en pur monothéiste! Et ne sois pas du nombre des Associateurs;

106. et n’invoque pas, en dehors d’Allah, ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu sera alors du nombre des injustes ».

107. Et si Allah fait qu’un mal te touche, nul ne peut l’écarter en dehors de Lui. Et s’Il te veut un bien, nul ne peut repousser Sa grâce. Il en gratifie qui Il veut parmi Ses serviteurs. Et c’est Lui le Pardonneur, le Miséricordieux.

108. Dis: « Ô gens! Certes la vérité vous est venue de votre Seigneur. Donc, quiconque est dans le bon chemin ne l’est que pour lui-même; et quiconque s’égare, ne s’égare qu’à son propre détriment. Je ne suis nullement un protecteur pour vous[1].

109. Et suis ce qui t’est révélé, et sois constant jusqu’à ce qu’Allah rende Son jugement car Il est le meilleur des juges.

Sourate 10. Jonas (Yunus)

[1] Expression fréquente dans le Coran qui veut dire: je ne suis pas responsable de ce que vous faites.

Commentaire ~ Comment pêcher

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Voici une anecdote de Ibrahim Edhem ou plus exactement Ibrahim ben Edhem ben Suleyman be Mansour el-Balkhi. Lui-même était surnommé Abou Izhaq. Il mourut l’an 161 ou 162 (777,778 ou 778-779).

On raconte que quelqu’un étant venu trouver Ibrahim lui dit: « Ô Ibrahim! je me suis fait à moi-même beaucoup de mal; donne-moi un conseil. — Écoute donc mon conseil et fais six choses:

  • Lorsque tu auras commis un péché, prive-toi de manger la nourriture que te donne le Seigneur très haut. — Mais je ne pourrais jamais faire cela interrompit l’autre. — Quoi donc! reprit Ibrahim, est-il juste que tu profites toujours des ressources que te fournit le Seigneur très haut, tandis que tu ne le sers pas et que tu ne cesses de L’offenser?

  • Si tu es sur le point de commettre un péché, sors à l’instant même du royaume du Seigneur très haut. — Mais, dit cet homme, son royaume s’étend de l’orient à l’occident; comment en sortir? — Eh bien, restes-y donc, mais renonce au péché et ne sois plus rebelle.

  • Quand tu vas pécher, mets-toi dans un lieu ou le Seigneur très haut ne te voie pas. — Mais on ne peut Lui cacher un seul de ses actes. — Eh bien alors, dit Ibrahim, est-il acceptable que tu vives de la nourriture qu’Il te dispense, que tu habites dans Son royaume et que tu commettes sous Ses yeux de mauvaises actions?

  • Lorsque l’Ange de la mort se présentera pour réclamer ton âme, dis-lui: Donne-moi du répit; je vais faire pénitence. — Mais comment l’Ange de la mort écoutera-t-il semblable proposition? — S’il en est ainsi, reprit Ibrahim, fais donc pénitence maintenant, afin de n’avoir pas lieu de te repentir quand l’Ange de la mort arrivera.

  • Une fois dans ta dernière demeure, éloigne de ta personne Munkir et Nekir . –Mais je ne le pourras. — D’accord; il faut donc pratiquer les bonnes oeuvres pour être en état de répondre à ces deux interrogateurs.

  • Au jour de la Résurrection, lorsqu’un ordre souverain commandera de conduire en enfer les pécheurs, déclare que tu n’iras pas. — Il suffit, Ibrahim, tu m’en as dit assez. »

Et il fit pénitence.

Hadith ~ Hanzala est devenu hypocrite

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Hanzala Al Ousaydi (DAS), l’un des secrétaires du Messager de Dieu (BSDL) a dit: « Une fois Abou Bakr (DAS) me dit en me rencontrant: « Comment vas-tu Hanzala? » Je dis: « Hanzala est devenu hypocrite ». Il dit: « Oh mon Dieu! Que dis-tu la? » Je dis: « Quand nous nous trouvons auprès du Messager de Dieu (BSDL) il nous incite à penser au Paradis et à l’Enfer comme si nous le voyions de nos yeux. Mais dès que nous sortons de chez lui, voilà que nous en sommes distraits par nos femmes, nos enfants et nos affaires. Nous avons ainsi beaucoup oublié ». Abou Bakr (DAS) dit: « Par Dieu, nous ressentons nous-deux la même chose ». Puis nous partîmes, Abou Bakr et moi, jusqu’à ce que nous entrâmes chez le Messager de Dieu (BSDL). Je dis: « Ô Messager de Dieu! Hanzala est devenu hypocrite. Quand nous sommes chez toi, tu nous incites à penser au Feu et au Paradis comme si nous les voyions de nos propres yeux et dès que nous sortons de chez toi, voilà que nous en sommes distraits par nos femmes, nos enfants et nos affaires. Nous avons ainsi beaucoup oublié! » Le Messager de Dieu (BSDL) dit: « Par Celui qui détient mon âme dans Sa main, si vous saviez persister dans l’état ou vous êtes chez moi et dans la pensée continue (à Dieu), les Anges vous serreraient la main dans vos lits et quand vous marchez dans la rue. Mais, ô Hanzala, une heure pour l’au-delà et une heure pour les choses de ce monde » (et il répéta trois fois). (Rapporté par Moslem)

BSDL: bénédiction et salut de Dieu sur lui
DAS: que Dieu lui accorde Sa satisfaction

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Chapitre 14, Page 65, Numéro 151

Ayaat 1-5 ~ Al-Alaq (L’Adherence)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Écoutez Récitation

1. Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé,

2. qui a créé l’homme d’une adhérence.

3. Lis! Ton Seigneur est le Très Noble,

4. qui a enseigné par la plume [le calame],

5. a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas.

Sourate 96. Al-Alaq (L’Adherence)

Commentaire: Ces versets de la Sourate Al-Alaq sont les premiers versets de La Révélation de Allah -à Lui la puissance et la gloire-. La révélation du Coran a commencé dans la nuit du Lailat-Al-Qadr (Nuit de la Destinée) pendant le Ramadan après le Prophète Muhammad (SAWS) a passé la quarantième année de sa vie. Voici une partie du hadith rapporté dans le Sahih Boukhari:

Aisha (DAS), la mère des croyants dit que le début de l’inspiration divine de l’apôtre d’Allah a été sous la forme de bons rêves qui sont venus comme la lumière du jour (c’est à dire vrai) et puis l’amour de la solitude lui a été accordé. Il allait en solitude dans la grotte de Hira ‘(près de La Mecque), où il avait l’habitude d’adorer (Allah seul) en continu pendant plusieurs jours avant son désir de voir sa famille. Il prenait avec lui de la nourriture pour le séjour et ensuite revenait à (son épouse) Khadija pour prendre sa nourriture à nouveau, jusqu’à ce que tout à coup la vérité descende sur lui alors qu’il était dans la grotte de Hira.

L’ange vint à lui et lui a demandé de lire. Le Prophète répondit: « Je ne sais pas lire ». Le Prophète a ajouté: « L’ange m’a pris (de force) et me serra si fort que je ne pouvais plus le supporter. Il m’a alors libéré et me demanda à nouveau de lire et je lui ai répondu, « Je ne sais pas lire ». Il me rattrapa et me serra une deuxième fois jusqu’à ce que je ne puisse plus le supporter. Il m’a alors libéré et me demanda à nouveau de lire, mais encore une fois je lui ai répondu, « Je ne sais pas lire ». Il m’a pris pour la troisième fois et me serra, puis me relâcha et dit: « Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l’homme d’une adhérence. Lis! Ton Seigneur est le Très Noble, » … (Bukhari, I, No. 3; VI, No. 478; Muslim I, No. 301.)

Commentaire ~ Tout ce que nous demandons

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Voici une anecdote de Ibrahim Edhem ou plus exactement Ibrahim ben Edhem ben Suleyman ben Mansour el-Balkhi. Lui-même était surnommé Abou Izhaq. Il mourut l’an 161 ou 162 (777,778 ou 778-779)

On demandait à Ibrahim: « D’où vient que, dans la Parole, le Seigneur très haut a dit: « Appelez-Moi, Je vous répondrai… (Coran 40.60) ; et cependant tout ce que nous demandons ne nous est pas accordé. – Vous autres, répondit Ibrahim, vous avez à la bouche le nom du Seigneur très haut; mais vous ne pratiquez pas les oeuvres qu’il prescrit, vous n’adoptez pas les traditions de l’Envoyé, sur lui soit le salut! Vous récitez le Coran; mais vous n’agissez pas d’après ses préceptes. Vous jouissez des bienfaits du Seigneur; mais vous ne lui en rendez pas grâces. Il a créé pour les serviteurs obéissants un paradis éternel; vous ne faites rien pour arriver à le posséder. Vous savez qu’Il a créé l’enfer pour les esclaves rebelles, et vous ne le fuyez pas avec horreur. Vous n’ignorez pas que Chaitan est votre ennemi, et, bien loin d’être en état d’hostilité avec lui, vous le traitez en ami. Vous savez aussi que la mort est inévitable, et vous ne pratiquez pas les oeuvres de l’autre monde; vous n’êtes même pas en état de tirer un enseignement de ce qui se passe ici-bas. Pleins de clairvoyance pour discerner les défauts d’autrui, vous ne voyez pas les vôtres. Comment voulez-vous que les prières de gens comme vous soient exaucées! »

Ayaat 285-286 ~ La vache (Al-Baqarah)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Écoutez Récitation

285. Le Messager a cru en ce qu’on a fait descendre vers lui venant de son Seigneur, et aussi les croyants: tous ont cru en Allah, en Ses anges, à Ses livres et en Ses messagers; (en disant): « Nous ne faisons aucune distinction entre Ses messagers ». Et ils ont dit: « Nous avons entendu et obéi. Seigneur, nous implorons Ton pardon. C’est à Toi que sera le retour ».

286. Allah n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. Elle sera récompensée du bien qu’elle aura fait, punie du mal qu’elle aura fait. Seigneur, ne nous châtie pas s’il nous arrive d’oublier ou de commettre une erreur. Seigneur! Ne nous charge pas d’un fardeau lourd comme Tu as chargé ceux qui vécurent avant nous. Seigneur! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde. Tu es Notre Maître, accorde-nous donc la victoire sur les peuples infidèles.

Sourate 2. La vache (Al-Baqarah)

Commentaire ~ Baraka

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Tout près du Temen, dans la ville de Darvan, vivait un homme plein de générosité, de bonté, de maturité et de raison. Sa demeure était le rendez-vous des démunis, des pauvres et des mélancoliques. Il avait pour coutume de leur distribuer le dixième de ses récoltes.

Quand le blé devenait farine et qu’on en faisait du pain, il en distribuait un dixième. Quelle que soit la nature de sa récolte, il faisait ainsi, quatre fois l’an, semblable distribution. Un jour, il donna ces conseils à ses enfants:

« Lorsque je serai mort, perpétuez cette tradition afin que la baraka soit sur votre récolte. Le fruit d’une récolte provient de l’inconnu car c’est Dieu qui nous le fournit. Si vous disposez convenablement de Ses largesses, la porte du profit s’ouvrira pour vous. Ainsi font les paysans qui sèment sans plus attendre une partie de leur récolte. Il peut arriver que ce qui est semé soit plus important en quantité que le reliquat. Qu’importe! Ils ont confiance! De même, le cordonnier se prive de tout pour acheter des peaux, car c’est là la source de son revenu. Mais la terre ou le cuir ne sont en faits que des voiles. Et la véritable source de gain, c’est ce que Dieu nous offre. Si vous restituez vos gains à la source, vous récupérez votre mise au centuple. Imaginez que vous ayez placé vos gains à l’endroit ou vous supposez que se trouve leur source et que rien ne pousse pendant deux ou trois ans. Il ne vous reste plus qu’à implorer Dieu. »

« N’oubliez pas: c’est Lui qui nous procure joie et ivresse, pas le vin ni le haschisch. Aucune aide véritable ne nous viendra de vos oncles, de vos frères, de votre père ou de vos enfants. Sachez-le: un jour viendra ou ils s’éloigneront de vous et vos amis deviendront vos ennemis. Pendant toute votre vie, ils n’auront fait que barrer votre chemin ainsi que des idoles. »

« Si un ami s’éloigne de toi avec rancune, jalousie ou colère, ne t’en attriste pas. Bien au contraire, fais des aumônes et rends grâce à Dieu car c’est par ignorance que tu étais attaché à cet ami. Mais maintenant, tu t’es dégagé de ses filets. Cherche donc un véritable ami. Le véritable ami est celui dont l’amitié ne se laisse refroidir par rien, même pas la mort. »

« N’oubliez pas ceci: semez votre graine sur la terre de Dieu afin que votre récolte soit à l’abri des voleurs et des calamités. A tout moment, le diable nous menace de pauvreté. Ne lui servons pas de gibier. Au contraire, donnons-lui la chasse car il n’est pas digne que le faucon du sultan soit pris en chasse par une perdrix. »

Mais ce sage semait la graine de la sagesse sur un terrain aride.(…) C’est ainsi que hypnotisés par l’idée de sacrifier un dixième de leurs gains, bien des hommes oublient la baraka qu’ils obtiendraient en agissant ainsi.