Commentaire ~ La bien n’est-elle pas la récompense du bien?

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Imam, Al-Qadi, Abu Bakr Muhammad bin’ Abdul-Baqi Al-Ansari – que la Miséricorde de Allah soit sur lui – vivait à la Mecque. Il n’avait pas mangé de la nourriture plus longtemps que ne lui était confortable. Il est devenu extrêmement affamé, mais n’avait rien avec lequel il pouvait manger. Pendant qu’il marchait dans les rues de la Mecque, pensant à sa situation fâcheuse, il a trouvé un sac en soie qui était attachée par une corde en soie. Après qu’il a pris le sac, Imam Abu Bakr l’a ramené à sa maison. Là il a ouvert le sac et a trouvé à l’intérieur un collier de perle, dont – en termes de beauté et qualité – il n’a jamais vu dans sa vie. Mais s’il avait eu un sentiment de joie d’avoir trouvé un objet de si grande valeur, cette joie était de courte durée, parce que quand il est retourné dans la rue, il a trouvé un vieil homme qui annonçait qu’il avait perdu un sac en soie qui contenait un collier de grande valeur. Le vieil homme a dit qu’il y avait une récompense de 500 dinars pour la personne qui lui retournera le sac et le collier.

Beaucoup d’autres personnes qui sont mis dans un examen similaire échouent, particulièrement ceux qui sont pauvres et pour qui la tentation d’un article de grande valeur est simplement trop irrésistible. Mais pas pour l’Imam Abu Bakr, qui au lieu de réfléchir sur sa propre situation, a ramené le vieil homme avec lui à sa maison et lui a demandé de décrire le sac, la corde, les perles et la corde à laquelle ils étaient attachés. Le vieil homme a naturellement donné une description précise du tout, après quoi Imam Abu Bakr a sorti les articles perdus et les lui a donné. Le vieil homme a immédiatement sorti 500 dinars et a essayé de les remettre à Imam Abu Bakr, qui a alors refusé de prendre la récompense, expliquant que c’était un devoir religieux sur lui de restaurer les articles perdus et que, donc, il ne convenait pas qu’il prend une récompense pour avoir accompli ce devoir. Le vieil homme a continué à insister pendant un moment, mais Imam Abu Bakr était résolu qu’il n’allait pas prendre l’argent. Le vieil homme a alors pris son congé et est allé sur son chemin.

Peu de temps après, Imam Abu Bakr, peut-être cherchant une nouvelle vie et un nouveau moyen de gagner sa vie, quitta la Mecque et est devenu un passager sur un navire. Pendant son voyage, le bateau a commencé à descendre et en conséquence, beaucoup de personnes sont mortes et leur richesse avec elles au fond de la mer. Le bateau se cassait en morceaux et avec beaucoup de difficultés, Imam Abu Bakr en se tenant sur un des morceaux du bateau parvenu à rester ainsi à flot. Il a continué à se tenir sur ce morceau cassé pendant longtemps jusqu’à ce qu’il ait finalement atteint une île habitée, il ne savait pas combien de jours il est resté en mer.

En tant que nouveau venu à l’île, il ne connaissait personne. Ayant besoin d’un endroit pour se reposer et récupérer, il s’est assis dans une Mosquée. Tandis qu’il était assis dans la Mosquée, lisant le Coran, beaucoup de personnes l’ont entendu et l’ont approché, lui demandant de leur enseigner le Coran. Il était trop heureux de les enseigner et comme récompense pour ses services, elles lui ont payé une somme d’argent significative.

Plus tard, il a trouvé des papiers sur lequel été écrit des chapitres du Coran, il avait finalement trouvé une occasion de lire directement du Coran au lieu de réciter de mémoire. Apparemment, la plupart des personnes sur l’île étaient illettrées et voyant qu’il pouvait lire, une foule des personnes l’ont approché et lui ont demandé s’il pouvait écrire. Il a répondu dans l’affirmative et ils ont dit: « Enseignez-nous comment écrire. » Ils lui ont alors amené des enfants de tous les âges et il est devenu leur professeur. Et encore, en échange pour ses services, il a été payé un grand montant d’argent.

Étant satisfaite avec le caractère et savoir du nouveau venu, les chefs de l’île l’ont approché disant: « Parmi nous vit une jeune orpheline. Elle est riche et nous voulons que tu la maries. » Au début, Imam Abu Bakr refusa, mais ils ont insisté jusqu’à ce que finalement il a accepté de l’épouser.

Le jour de leur mariage, les chefs de l’île ont présenté Imam Abu Bakr à sa nouvelle épouse. Avec un regard de stupéfaction totale dans ses yeux, il a commencé à regarder fixement le collier qu’elle portait. Il fixa ce collier tellement longtemps que les chefs de l’île ont dit: « Tu brises le coeur de ce jeune orpheline, car au lieu de la regarder, tu regardes plutôt son collier. » Imam Abu Bakr leur a alors raconté son histoire avec le vieil homme a la Mecque. Chacun alors commença à prononcer le Témoignage de la Foi et à exalter la Grandeur de Allah. Leurs voix étaient si fortes qu’ils pouvaient être entendues par tous les habitants de l’île. Imam Abu Bakr a demandé: « Mais qu’est-ce que vous avez? » Ils ont dit: « Le vieil homme qui a pris le collier de vous est le père de cette fille et il avait l’habitude de dire: ‘Je n’ai jamais trouvé un musulman dans le monde excepté l’homme qui m’a restauré ce collier.’ Et avait l’habitude de supplier: ‘O Allah, réunis moi et cet homme, de sorte que je puis le marier à ma fille.’ Et maintenant c’est fait. »

Imam Abu Bakr a survécu son épouse et aux enfants qu’elle lui donna. Héritant du collier et puis la vendant pour 100’000 dinars, il est resté un homme riche jusqu’à la fin de ses jours.

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 270

Hadith ~ Celui qui a eu l’intention

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Selon Abdullah Ibn Abbas (que Allah lui accorde Sa satisfaction), le Messager de Dieu (bénédiction et salut d’Allah sur lui) a dit parmi ce qu’il a raconté sur son Seigneur glorifié et exalté: « Dieu a fait mentionner par écrit (par les deux Anges gardiens attachés à chaque personne) les bonnes actions et les mauvaises », puis il a donné cet éclaircissement: « Celui qui a eu l’intention de faire une bonne action mais n’a pu la réaliser, Dieu, glorifié et exalté, la lui inscrit comme une bonne action entière. S’il a eu l’intention de la faire et s’il l’a exécutée, Dieu lui inscrit pour elle une bonne action supérieure de dix à sept cents et davantage encore. S’il a eu l’intention de commettre une mauvaise action et s’il ne la fait pas, Dieu la lui inscrit comme une bonne action entière. S’il a eu l’intention de la faire et s’il la fait, Dieu la lui inscrit comme une seule mauvaise action ». (unanimement reconnu authentique)

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Chapitre 1, Page 6, Numéro 11

Ayaat 16-36 ~ Maryam (Marie)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Écoutez Récitation

16. Mentionne, dans le Livre (le Coran), Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l’Orient.

17. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait.

18. Elle dit: « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m’approche point].

19. Il dit: « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur ».

20. Elle dit: « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et je ne suis pas prostituée? »

21. Il dit: « Ainsi sera-t-il! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée ».

22. Elle devint donc enceinte [de l’enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné.

23. Puis les douleurs de l’enfantement l’amenèrent au tronc du palmier, et elle dit: « Malheur à moi! Que je fusse mort avant cet instant! Et que je fusse totalement oubliée! »

24. Alors, il l’appela d’au-dessous d’elle[1], [lui disant:] « Ne t’afflige pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source.

25. Secoue vers toi le tronc du palmier: il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres.

26. Mange donc et bois et que ton oeil se réjouisse! Si tu vois quelqu’un d’entre les humains, dis [lui:] « Assurément, j’ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux: je ne parlerai donc aujourd’hui à aucun être humain ».

27. Puis elle vint auprès des siens en le portant [le bébé]. Ils dirent: « Ô Marie, tu as fait une chose monstrueuse!

28. « Soeur de Harun[2], ton père n’était pas un homme de mal et ta mère n’était pas une prostituée ».

29. Elle fit alors un signe vers lui [le bébé]. Ils dirent: « Comment parlerions-nous à un bébé au berceau? »

30. Mais (le bébé) dit: « Je suis vraiment le serviteur d’Allah. Il m’a donné le Livre et m’a désigné Prophète.

31. Où que je sois, Il m’a rendu béni; et Il m’a recommandé, tant que je vivrai, la prière et la Zakat[3];

32. et la bonté envers ma mère. Il ne m’a fait ni violent ni malheureux.

33. Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant. »

34. Tel est Issa (Jésus), fils de Marie: parole de vérité, dont ils doutent.

35. Il ne convient pas à Allah de S’attribuer un fils. Gloire et Pureté à Lui! Quand Il décide d’une chose, Il dit seulement: « Sois! » et elle est.

36. Certes, Allah est mon Seigneur tout comme votre Seigneur. Adorez-le donc. Voilà un droit chemin ».

Sourate 19. Maryam (Marie)

[1] Il l’appela d’au-dessous d’elle: soit l’Ange Gabriel qui était situé à côté d’elle, sur un plan de terrain plus bas, soit son fils Jésus qui venait de naître.

[2] Soeur de Hârun: Hârun était un homme bien connu pour sa piété. Il était de la tribu de Maryam.

[3] On notera que la Zakat est toujours associée à la prière, et fut enjointe aux autres prophètes avant l’Islam.

Commentaire ~ Les degrés de la crainte

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Voici une sentence du Cheikh Haçan Basri, surnommé Abou Seid el-Haçan ben Abil-Haçan Yecar, né l’an 21 (641-642), mort l’an 110 (728-729).

« Les degrés de la crainte sont au nombre de trois: le premier consiste à dire toujours la vérité; le deuxième à garder sa personne de toutes les oeuvres que n’aime pas le Seigneur très haut; le troisième à se conduire de manière à voir ses actes agrées de Lui. » Et il ajoutait: « Un mitsqal (environ six grammes et demi) de crainte vaut mieux que mille mitsqal de jeûnes et de prières. La plus excellente de toutes les oeuvres, c’est la pratique de la crainte et la méditation sur ses propres actes. Celui dont le coeur ne va pas de pair avec la langue, dont l’extérieur et l’intérieur ne sont pas à l’unisson, porte sur lui l’empreinte de l’hypocrisie. Le vrai fidèle est celui qui s’applique constamment à ne pas tomber dans l’hypocrisie, qui ne fait rien de ce qu’il ne doit pas faire, qui ne prononce jamais une parole qu’il ne doit pas dire. »

Hadith ~ Le fort

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D’après Abou Hourayra (que Dieu lui accorde Sa satisfaction), le Messager de Dieu (bénédiction et salut de Dieu sur lui) a dit: « Le fort n’est pas celui qui terrasse ses adversaires, mais seul est fort celui qui se maîtrise dans la colère ». (Rapporté par Al Boukari et Moslem)

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Chapitre 3, Page 25, Numéro 45

Ayaat 125-128 ~ Les abeilles (An-Nahl)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

125. Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. Car c’est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s’égare de Son sentier et c’est Lui qui connaît le mieux ceux qui sont bien guidés.

126. Et si vous punissez, infligez [à l’agresseur] une punition égale au tort qu’il vous a fait. Et si vous endurez… cela est certes meilleur pour les endurants[1].

127. Endure! Ton endurance [ne viendra] qu’avec (l’aide) d’Allah. Ne t’afflige pas pour eux. Et ne sois pas angoissé à cause de leurs complots.

128. Certes, Allah est avec ceux qui [L’] ont craint avec piété et ceux qui sont bienfaisants.

Sourate 16. Les abeilles (An-Nahl)

[1] Le talion est autorisé, mais le pardon est recommandé.

Commentaire ~ Le marchand Musulman honnête

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Nadr bin Shumail a dit que dans un certain endroit le prix de la soie avait augmenté et que s’il augmentait là, il devrait également augmenter à Basra. Yunus bin ‘Ubaid était un fabricant de soie et quand il a appris ceci, il a acheté d’un homme une quantité de marchandises pour trente mille. Cependant, après, il a demandé au vendeur s’il se rendait compte de l’augmentation des prix. Le vendeur a répondu qu’il n’était pas au courant et que s’il avait été, il n’aurait pas vendu à un tel prix. Yunus a insisté sur le fait que son argent soit retourné pour les marchandises qui lui ont été vendues. Ceci illustre la piété de nos prédécesseurs, car même dans leurs transactions commerciales ils ont essayé de maintenir le plus haut niveau d’honnêteté et de la clarté, concernant l’acheteur et le vendeur.

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 50

Hadith ~ Poids d’un atome

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Selon Ibn Mas’ud (que Allah lui accorde Sa satisfaction), le Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui) a dit: « Jamais n’entrera au Paradis celui qui a dans son coeur le poids d’un atome d’orgueil ». Quelqu’un dit: « Nous aimons pourtant être bien habillés et bien chaussés ». Il dit: « Dieu est beau et Il aime la beauté. L’orgueil c’est le fait de refuser la vérité et la justice et de mépriser les autres ».

Commentaire: Le Hadith dit qu’un homme qui a même un iota de fierté dans son cœur sera interdit d’entrer au Jannah. Le mot dans le Hadith qui est utilisé pour la plus petite quantité signifie en arabe, soit la plus petite fourmi ou la particule qui est rayonnée par les rayons du soleil et vu à travers un faille dans un mur. De toute évidence, une telle particule a presque une quantité non-existant, mais même cette quantité est désapprouvée par Allah. Si l’orgueil incite un homme à nier l’existence de Dieu et sa révélation, il est sûr d’être jeté dans l’enfer. Il est également confronté au déplaisir Divin et le danger de feu infernal si seule considération de la richesse, la beauté physique, la proéminence sociale et intellectuelle et la situation de sa famille le rend fier et vaniteux, et il regarde vers le bas sur les autres, ou persiste dans le déni de la vérité.

[1]: Discours audio (anglais) sur l’orgueil et l’arrogance se trouve ici.

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Chapitre 127, Page 446, Numéro 1573

Ayaat 9-11 ~ Le vendredi (Al-Jumua)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Écoutez Récitation

9. Ô vous qui avez cru! Quand on appelle à la Salat du jour du Vendredi, accourez à l’invocation d’Allah et laissez tout négoce[1]. Cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez!

10. Puis quand la Salat est achevée, dispersez-vous sur la terre, et recherchez [quelque effet] de la grâce d’Allah, et invoquez beaucoup Allah afin que vous réussissiez.

11. Quand ils entrevoient quelque commerce ou quelque divertissement, ils s’y dispersent et te laissent debout. Dis: « Ce qui est auprès d’Allah est bien meilleur que le divertissement et le commerce, et Allah est le Meilleur des pourvoyeurs ».

Sourate 62. Le vendredi (Al-Jumua)

[1] Laissez tout négoce: abandonnez toutes vos occupations pour pouvoir accomplir votre devoir religieux.