Commentaire ~ Allah a de la bonté envers Ses esclaves

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Un membre de la communauté de Riyad m’a raconté qu’en 1376 Hijri, un groupe de pêcheurs de la ville de Jubayl partait pour l’océan et après avoir passé trois jours et trois nuits de pêche, ils n’ont pas réussi à attraper un seul poisson. Pendant ce temps, à proximité, un autre groupe de pêcheurs ont pris beaucoup de poissons. Ils ont été surpris, non seulement à cause de la disparité entre leur échec et le succès de l’autre groupe, mais parce qu’ils faisaient les cinq prières quotidiennes et ont échoué tandis que l’autre groupe qui eux ne priait pas ont réussi. L’un d’eux dit: « Combien est parfait Allah! Nous avons prié à Allah sans manquer de prière et n’avons rien attrapé! L’autre groupe ne s’est pas prosterner devant Allah, même une seule fois au cours de ces derniers jours et regardez tout ce qu’ils ont réussi à obtenir! » De cette façon, le Shaytan (Satan) les a chuchoté de mauvaises suggestions et leur a conseillé d’abandonner la prière. Le lendemain matin, ils ne se réveillent pas pour le Fajr (la prière de l’aube). Ils ont également négligé de faire la prière du Dhuhr (midi) et Asr (l’après-midi). Avant la tombée du jour, ils partirent pour l’océan; cette fois-ci ils ont attrapé un poisson et quand ils l’ont ouvert, ils ont trouvé une perle dans son estomac – une perle qui valait très cher. L’un d’eux a pris la perle dans sa main, la regarda et après avoir réfléchi dit: « Combien Allah est parfait! Quand on lui a obéi nous n’avons rien obtenu et quand nous Lui avons désobéi ça c’est ce que nous avons obtenu! Cette provision est d’un caractère douteux. » Il s’empara de la perle et la lança dans l’océan, en disant tout de suite après: « Allah nous récompensera avec mieux que cela. Par Allah, je ne vais pas le prendre, car nous l’avons acquise après l’abandon de la prière. Viens avec moi et laissons cet endroit dans lequel nous avons désobéi à Allah. » Ils ont voyagé une distance de trois miles avant de camper pour la nuit. Peu de temps après ils sont allé pêcher à nouveau et ils ont attrapé un poisson de belle taille. Quand ils l’ont ouverte, ils ont trouvé la même perle précieuse à l’intérieur de son estomac. Ils ont dit, « Toutes les louanges sont à Allah, Qui nous a fourni des moyens de bonne subsistance (halaal). » En effet, ils ont attrapé le poisson après avoir prié, s’être souvenu d’Allah et en demandant Son Pardon, alors cette fois ils l’ont gardé.

Vous devriez remarquer une différence importante: c’était le même objet à deux reprises, mais il était sale quand ils l’ont acquis alors qu’ils étaient en état de désobéissance d’Allah, et il était pur quand ils l’ont acquis tout en lui obéissant.

S’ils s’étaient contentés de ce qu’Allah leur avait donné ainsi que Son messager et avaient dit : “Allah nous suffit. Bientôt Allah nous accordera Sa faveur de même que Son messager ! … C’est vers Allah que va tout notre désir ”. (Coran 9:59)

En vérité, c’était la bonté d’Allah. Donc, chaque fois que quelqu’un laisse quelque chose pour Allah, Allah lui donne quelque chose de mieux.

Ceci me rappelle une histoire d’Ali (qu’Allah soit satisfait de lui). Un matin, il est entré dans la Mosquée d’al-Koofa pour prier deux unités volontaires de prière. Avant d’entrer, il a trouvé un garçon debout à la porte. Il lui dit. « O garçon, retiens pour moi ma mule jusqu’à ce que je termine de prier. » Quand Ali était entré dans la mosquée, il prit l’intention de récompenser le garçon avec un dirham pour ses services. Pendant ce temps, le garçon enleva la muserolle de la mule et se précipita au marché pour la vendre. Quand Ali sortit de la mosquée, il ne trouva pas le garçon, mais seulement sa mule sans sa muserolle. Il engagea un homme pour retrouver le garçon et lui ordonna d’aller voir au marché, car il était très probable que le garçon y irait pour vendre la muserolle. Effectivement, l’homme trouva le garçon au marché ou il essayait de vendre la muserolle aux enchères. L’homme acheta la muserolle de lui pour un dirham. Quand il retourna à Ali et l’informa sur ce qui s’est passé, Ali a dit: « Combien Allah est parfait! Par Allah, je voulais lui donner un dirham licite (hallal), mais il a refusé de le prendre que d’une manière illégale (haraam). »

Tu ne te trouveras dans aucune situation, tu ne réciteras aucun passage du Coran, vous n’accomplirez aucun acte sans que Nous soyons témoin au moment où vous l’entreprendrez. Il n’échappe à ton seigneur ni le poids d’un atome sur terre ou dans le ciel, ni un poids plus petit ou plus grand qui ne soit déjà inscrit dans un livre évident. (Coran 10:61)

Traduit de:
La Tahzan (Don’t be sad) (Ne t’attriste pas)
By Aaidh ibn Abdullah al-Qarni
Translated by: Faisal ibn Muhammad Shafeeq, 2nd ed. Riyadh 2005
Publisher: International Islamic Publishing House
ISBN Hard Cover: 9960-850-36-6
ISBN Soft Cover: 9960-850-44-7
P416

Laisser un commentaire