Hadith ~ Reste plus qu’une coudée

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Ibn Masud (que Allah lui accorde Sa satisfaction) rapporte: « Le Messager de Dieu (bénédiction et salut d’Allah sur lui), et c’est lui le véridique et le digne d’être cru, nous a fait ce discours: « On consacre quarante jours à la création de l’un de vous dans le ventre de sa mère pour en faire une goutte de liquide. Puis on en fait une masse accrochée dans la même période. Puis on en fait un bol de mastication dans la même période. Puis on lui envoie l’Ange qui insuffle en lui l’esprit (l’âme) et l’on prédétermine pour lui quatre choses: sa subsistance, la durée de sa vie, la valeur de son oeuvre et sa prédestination soit en Enfer, soit au Paradis. Par Celui en dehors de qui il n’est point de dieu, l’un de vous fait certainement l’oeuvre des gens destinés au Paradis jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une coudée entre lui et le Paradis et voilà que sa prédestination le devance, il commet alors un acte de ce que font les gens de l’Enfer et il y entre. Et l’un de vous fait certainement l’oeuvre des gens voués à l’Enfer jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une coudée entre lui et l’Enfer et voilà que sa prédestination le devance, il fait alors un acte de ce que font les gens du Paradis et il y entre ». (unanimement reconnu authentique)

Commentaire:

Ce Hadith inquiétant nous oblige à vivre jusqu’au dernier moment entre la crainte et l’espérance étant donné que c’est seule la phase finale de notre vie qui nous désigne soit au Paradis, soit à l’Enfer quelle que soit notre oeuvre durant toute notre vie.

Un Hadith dit que les choses sont uniquement jugées sur eur conclusion.

Le Diable était un très grand savant (Lucifer = porteur de lumière) et il a adoré Dieu durant soixante dix mille ans. Mais sa prédestination à l’Enfer fut la plus forte. Il commit alors sa fameuse désobéissance à Dieu et tomba dans les abîmes de la malédiction éternelle.

Il nous appartient donc de ne jamais nous satisfaire de notre oeuvre si elle est bonne et de ne jamais désespérer en la clémence de Dieu quel que soit le nombre de nos péchés.

Nous prions Le Tout-Puissant de nous prédestiner la bonne conclusion.

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Chapitre 49, Page 160, Numéro 394