Commentaire ~ La dernière commande du souverain Mohammed Al-Fateh à son fils

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Muhammad Al-Fateh, un dirigeant musulman au cours de l’Empire ottoman, était connu pour ses connaissances, le courage, la justice, la piété et l’humilité. Il a réussi à conquérir Constantinople où d’autres avant lui avaient échoué. Et à cette époque il n’avait que 23 ans.

À la fin de sa vie, il conseilla à son fils, en disant: “Ici, je suis en train de mourir, mais je ne le regrette pas, car je laisse derrière moi un homme tel que toi. Sois juste, vertueux et miséricordieux. Donne généreusement à la population et défends-les sans faire de distinction entre eux. Répands l’Islam, parce que ça c’est obligatoire sur les rois de la terre. Donne la priorité a la religion sur toutes choses et ne te fatigue pas dans cette poursuite. Ne pas nommer des gens qui ne se soucient pas de la religion et qui ne restent pas loin de péchés majeurs, ceux qui se sont plongés dans la méchanceté et innovations mauvaises. Élargir les frontières de notre nation par le biais du Jihad et veiller sur la richesse du trésor, en t’assurant qu’il n’est pas gaspillé. Jamais tendre la main sur la richesse de toute personne, sauf par le droit de l’Islam. Garantir les faibles leur force et donner librement ta générosité sur ceux qui le méritent.”

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 187

Hadith ~ Les gens du Paradis sont trois

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Yad Ibn Himar (que Dieu lui accorde Sa satisfaction) rapporte: “J’ai entendu dire le Messager de Dieu (bénédiction et salut de Dieu sur lui): “Les gens du Paradis sont trois:

1. Un détenteur d’autorité juste et que Dieu a mis sur la bonne voie.
2. Un homme clément et au coeur sensible vis-à-vis de tout proche et de tout Musulman.
3. Un homme chaste et scrupuleux, redoublant de chasteté et de scrupule et ayant une famille à sa charge”. (Rapporté par Moslem)

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Hadith : Chapitre 77, Page 240, Numéro 659

Ayaat 1-11 ~ Les croyants (Al-Muminune)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Écoutez Récitation

1. Bienheureux sont certes les croyants[1],

2. ceux qui sont humbles dans leur Salat,

3. qui se détournent des futilités,

4. qui s’acquittent de la Zakat,

5. et qui préservent leurs sexes [de tout rapport],

6. si ce n’est qu’avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent[2], car là vraiment, on ne peut les blâmer;

7. alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs;

8. et qui veillent à la sauvegarde des dépòts confiés à eux et honorent leurs engagements,

9. et qui observent strictement leur Salat.

10. Ce sont eux les héritiers,

11. qui hériteront le Paradis pour y demeurer éternellement.

Sourate 23. Les croyants (Al-Muminune)

[1] Heureux: dans toutes les phases de la vie ici-bas et dans l’au-delà.

[2] Les esclaves qu’ils possèdent: les femmes esclaves (du temps où régnait encore l’esclavage). Rappelons que l’Islam est la seule religion qui incita à l’affranchissement des esclaves en en faisant un acte d’adoration et un moyen de se racheter dans certains cas.

Hadith ~ Un fagot de bois

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Azzoubeyr Ibn Al Awam (que Dieu lui accorde Sa satisfaction) rapporte que le Messager de Dieu (bénédiction et salut de Dieu sur lui) a dit:”Quand l’un de vous prend sa corde puis va à la montagne pour en rapporter un fagot de bois sur son dos et le revendre afin que Dieu lui épargne l’humiliation de la mendicité, cela lui est bien plus préférable que de tendre la main au gens dont certains lui donnent quelqu’aumône et d’autres ne lui donnent rien”. (Rapporté par Al Boukhari)

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Hadith : Chapitre 59, Page 199, Numéro 536