Commentaire ~ Horaire de Lecture du Coran

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Horaire Lecture du Coran – Document PDF

Selon Ibn Masud (que Dieu lui accorde Sa satisfaction), le Messager de Dieu (bénédiction et salut de Dieu sur lui) a dit: « Celui qui lit une seule lettre du Coran s’inscrit une bonne action et la bonne action a dix fois son salaire. Je ne dis pas que « ALM » (lettres énigmatiques se trouvant au début de certains chapitres du Coran) est une lettre, mais A est une lettre, L est une lettre et M est une lettre ». (Rapporté par Attirmidhi)

Selon Abdullah Ibn Amr Ibn Al As (que Dieu lui accorde Sa satisfaction), le Prophète (bénédiction et salut de Dieu sur lui) a dit: « On dira (le jour du jugement dernier) au lecteur assidu du Coran: « Lis et monte (les degrés du Paradis). Récite clairement comme tu le faisais dans le bas-monde. Ta place au Paradis te sera fixée au dernier verset que tu liras ». (Rapporté par Abou Dawud et Attirmidhi)

Commentaire:
Nul ne peut ignorer les bienfaits de la lecture Coranique. Pour simplifier la découpe de cette lecture et faire en sorte que chacun et chacune puisse boucler le Coran dans son intégralité pour la fin de Ramadân, un calendrier a été confectionné pour hommes et femmes*.

Calendrier de lecture du Coran durant le Ramadan pour hommes

Jour – Juz Hizb Lecture à effectuer
1 Ramadan 1 – 2   Sourate 1, v.1 jusqu’au Sourate 2, v.141
2 Ramadan 3 – 4   Sourate 2, v.142 jusqu’au Sourate 2, v.252
3 Ramadan 5 – 6   Sourate 2, v.253 jusqu’au Sourate 3, v.92
4 Ramadan 7 – 8   Sourate 3, v.93 jusqu’au Sourate 4, v.23
5 Ramadan 9 – 10   Sourate 4, v.24 jusqu’au Sourate 4, v.147
6 Ramadan 11 – 12   Sourate 4, v.148 jusqu’au Sourate 5, v.81
7 Ramadan 13 – 14   Sourate 5, v.82 jusqu’au Sourate 6, v.110
8 Ramadan 15 – 16   Sourate 6, v.111 jusqu’au Sourate 7, v.87
9 Ramadan 17 – 18   Sourate 7, v.88 jusqu’au Sourate 8, v.40
10 Ramadan 19 – 20   Sourate 8, v.41 jusqu’au Sourate 9, v.92
11 Ramadan 21 – 22   Sourate 9, v.93 jusqu’au Sourate 11, v.5
12 Ramadan 23 – 24   Sourate 11, v.6 jusqu’au Sourate 12, v.52
13 Ramadan 25 – 26   Sourate 12, v.53 jusqu’au Sourate 14, v.52
14 Ramadan 27 – 28   Sourate 15, v.1 jusqu’au Sourate 16, v.128
15 Ramadan 29 – 30   Sourate 17, v.1 jusqu’au Sourate 18, v.74
16 Ramadan 31 – 32   Sourate 18, v.75 jusqu’au Sourate 20, v.135
17 Ramadan 33 – 34   Sourate 21, v.1 jusqu’au Sourate 22, v.78
18 Ramadan 35 – 36   Sourate 23, v.1 jusqu’au Sourate 25, v.20
19 Ramadan 37 – 38   Sourate 25, v.21 jusqu’au Sourate 27, v.55
20 Ramadan 39 – 40   Sourate 27, v.56 jusqu’au Sourate 29, v.45
21 Ramadan 41 – 42   Sourate 29, v.46 jusqu’au Sourate 33, v.30
22 Ramadan 43 – 44   Sourate 33, v.31 jusqu’au Sourate 36, v.27
23 Ramadan 45 – 46   Sourate 36, v.28 jusqu’au Sourate 39, v.31
24 Ramadan 47 – 48   Sourate 39, v.32 jusqu’au Sourate 41, v.46
25 Ramadan 49 – 50   Sourate 41, v.47 jusqu’au Sourate 45, v.37
26 Ramadan 51 – 52   Sourate 46, v.1 jusqu’au Sourate 51, v.30
27 Ramadan 53 – 54   Sourate 51, v.31 jusqu’au Sourate 57, v.29
28 Ramadan 55 – 56   Sourate 58, v.1 jusqu’au Sourate 66, v.12
29 Ramadan 57 – 58   Sourate 67, v.1 jusqu’au Sourate 77, v.50
30 Ramadan 59 – 60   Sourate 78, v.1 jusqu’au Sourate 114, v.6

Calendrier de lecture du Coran durant le Ramadan pour femmes*

Jour – Juz Hizb Lecture à effectuer
1 Ramadan 1 – 3   Sourate 1, v.1 jusqu’au Sourate 2, v.202
2 Ramadan 4 – 6   Sourate 2, v.203 jusqu’au Sourate 3, v.92
3 Ramadan 7 – 9   Sourate 3, v.93 jusqu’au Sourate 4, v.87
4 Ramadan 10 – 12   Sourate 4, v.88 jusqu’au Sourate 5, v.81
5 Ramadan 13 – 15   Sourate 5, v.82 jusqu’au Sourate 6, v.165
6 Ramadan 16 – 18   Sourate 7, v.1 jusqu’au Sourate 8, v.40
7 Ramadan 19 – 21   Sourate 8, v.41 jusqu’au Sourate 10, v.25
8 Ramadan 22 – 24   Sourate 10, v.26 jusqu’au Sourate 12, v.52
9 Ramadan 25 – 27   Sourate 12, v.53 jusqu’au Sourate 16, v.50
10 Ramadan 28 – 30   Sourate 16, v.51 jusqu’au Sourate 18, v.74
11 Ramadan 31 – 33   Sourate 18, v.75 jusqu’au Sourate 21, v.112
12 Ramadan 34 – 36   Sourate 22, v.1 jusqu’au Sourate 25, v.20
13 Ramadan 37 – 39   Sourate 25, v.21 jusqu’au Sourate 28, v.50
14 Ramadan 40 – 42   Sourate 28, v.51 jusqu’au Sourate 33, v.30
15 Ramadan 43 – 45   Sourate 33, v.31 jusqu’au Sourate 37, v.144
16 Ramadan 46 – 48   Sourate 37, v.145 jusqu’au Sourate 41, v.46
17 Ramadan 49 – 51   Sourate 41, v.47 jusqu’au Sourate 48, v.17
18 Ramadan 52 – 54   Sourate 48, v.18 jusqu’au Sourate 57, v.29
19 Ramadan 55 – 57   Sourate 58, v.1 jusqu’au Sourate 71, v.28
20 Ramadan 58 – 60   Sourate 72, v.1 jusqu’au Sourate 114, v.6

*Étant donné que les femmes sont amenées à manquer des jours de jeûne, la découpe a été étalée sur 20 jours, à raison de 3 hizb par jour, ce qui leur laisse une marge suffisante en cas d’interruption momentanée de leur mois. Il vaut en effet mieux se fixer une lecture de 3 hizb par jour que de laisser passer 5-6 jours de lecture à rattraper d’une traite.

Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux)
de l’Imam Mohieddine Annawawi 631 – 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Hadith 1: Chapitre 108, Page 323, Numéro 997
Hadith 2: Chapitre 108, Page 323, Numéro 999

Commentaire ~ Les difficultés sont le résultat de ce que vos propres mains ont récolté

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Beaucoup de personnes, et pas simplement les non Musulmans, deviennent irrités quand elles ou quelqu’un qu’elles aiment est affligée avec une calamité. Pour être sûr, beaucoup de personnes à travers le monde sont affligés avec des difficultés et des épreuves difficiles. En contemplent la situation de beaucoup parmi elles, je me suis demandé, « Comme Allah est parfait! En effet, il est le plus généreux de tous, et la générosité rend nécessaire le pardon. Alors pourquoi est ce que tant de personnes sont punis? » Ça n’a pas pris longtemps pour que je trouve la réponse à cette question, parce que j’ai réalise que la plupart des personnes mènent des vies sans valeur: ils ne contemplent pas les nombreux signes qui indiquent l’unicité d’Allah; ils ne s’inquiètent pas des commandes et des prohibitions d’Allah; au lieu de cela, ils vivent comme le font les bêtes, s’inquiétant de rien excepté la nourriture, la boisson, le plaisir, et le sommeil. Et ici je ne me réfère pas seulement aux non Musulmans, parce que il y a beaucoup de Musulmans qui appliquent les enseignements de l’Islam seulement quand c’est facile ou en accord avec leurs désirs; autrement, ils suivent aveuglement leurs passions, s’inquiétant pas de la façon dont ils ont gagné leur richesse – de si elle viens des sources légales ou illégales. S’il est facile pour eux de prier, ils prieront; autrement, ils abandonneront les prières obligatoires. D’autres parmi eux commettent des péchés graves, sans sentir après n’importe quel remords ou culpabilité. Ainsi je suis venu à savoir que, pour beaucoup de personnes, les punitions, les épreuves, et les afflictions qui leur arrivent – cependant aussi grand qu’elles peuvent être – sont moins graves que la sévérité de leurs péchés. En souffrant une calamité, il pourrait se demander, « Pourquoi est-ce que cela m’arrive? » Pourtant il oublie les nombreux péchés qu’il a commis durant toute sa vie. Dans sa vieillesse, un homme pourrait souffrir de beaucoup d’humiliation, au degré que, en le regardant, les gens ont pitié de lui; pourtant peut-être ils ne savent pas qu’il est puni pour ne pas avoir accompli les obligations d’Allah pendant toute sa jeunesse. Ainsi toutes les fois que vous voyez un qui est puni, sachez qu’il est en raison de ses péchés.

Quoi! Quand un malheur vous atteint – mais vous en avez jadis infligé le double – vous dites « D’où vient cela? » Réponds-leur: « Il vient de vous mêmes ». Certes Allah est Omnipotent. (Quran 3.165)

Et ceci nous amène au point:

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 313

Commentaire ~ Un homme avisé

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Voici une sentence du Cheikh Haçan Basri, surnommé Abou Seid el-Haçan ben Abil-Haçan Yecar, né l’an 21 (641-642), mort l’an 110 (728-729).

Haçan Basri disait: « C’est un homme avisé celui qui prend soin de ses intérêts dans l’autre vie sans se donner de soucis pour que sa prospérité temporelle ne soit pas endommagée. Quiconque connaît le Seigneur très haut voit son amour pour Lui s’accroître de jour en jour; quiconque connaît ce monde passager le considère comme un ennemi. L’homme intelligent est celui qui pose un frein solide à la tête de ses passions et qui tient la bride d’une main ferme. Regarde bien ce que deviennent les affaires de ce bas monde pour quelqu’un qui meurt, parce qu’elles seront exactement de même pour toi après ta mort. C’était par amour pour le monde d’ici-bas que les infidèles rendaient un culte aux idoles. » Et il ajoutait: « Quiconque prise l’or et l’argent, le Seigneur très haut le fera tomber à la fin dans l’avilissement. Ne commande aux autres que ce que tu pourrais toi-même exécuter. » Il disait aussi: « Quiconque te rapporte les paroles d’autrui est capable de rapporter à autrui tes propres paroles. Ne donne pas accès auprès de toi à un tel personnage. Au Jour de la Résurrection il faudra rendre compte non seulement de tout ce qu’on aura mangé soi-même, mais de tout ce qu’on aura fait manger à son père, à sa mère ou à ses petits enfants (…) Pour chaque prière que tu feras sans recueillement, le châtiment suivra de près. »

Commentaire ~ Le passé est parti a jamais

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

En méditant sur le passé et ses tragédies, on s’expose à une forme de folie – une sorte de maladie qui détruit la résolution de vivre pour le moment présent. Ceux qui ont un but ferme ont rangé et oublié des événements du passé, des événements qui ne reverront plus jamais la lumière, puisqu’ils occupent une place si sombre dans les recoins de l’esprit. Les épisodes du passé sont terminés avec; la tristesse ne peut pas les récupérer, la mélancolie ne peut pas arranger les choses et la dépression ne ramènera jamais le passé à la vie. C’est parce que le passé est inexistant.

Ne vivez pas dans les cauchemars d’autrefois ou à l’ombre de ce que vous avez manqué. Sauvez-vous de l’apparition fantomatique du passé. Pensez-vous pouvoir ramener le soleil à son lieu de lever, le bébé dans le ventre de sa mère, le lait au pis ou les larmes aux yeux? En vous attardant constamment sur le passé et ses événements, vous vous placez dans un état d’esprit très affreux et tragique.

Trop lire dans le passé est un gaspillage du présent. Quand Allah a mentionné les affaires des nations précédentes, Allah, l’Exalté a dit:

Voilà une génération bel et bien révolue. A elle ce qu’elle a acquis, et à vous ce que vous avez acquis. On ne vous demandera pas compte de ce qu’ils faisaient. (Coran 2: 134)

Les jours passés sont terminés, et vous ne bénéficiez en rien de faire une autopsie dessous, ou à faire réflexion sur des événements passés.

La personne qui vit dans le passé est comme quelqu’un qui essaie de scier de la sciure de bois. Autrefois, ils disaient: «N’enlevez pas les morts de leurs tombes.»

Notre tragédie est que nous sommes incapables de faire face au présent: négligeant nos beaux châteaux, nous pleurons sur des bâtiments délabrés. Si chaque homme et chaque djinn essayaient ensemble de ramener le passé, ils échoueront très certainement. Tout sur terre avance, se préparant pour une nouvelle saison – et vous devrez le faire aussi.

Traduit de:
La Tahzan (Don’t be sad) (Ne t’attriste pas)
By Aaidh ibn Abdullah al-Qarni
Translated by: Faisal ibn Muhammad Shafeeq, 2nd ed. Riyadh 2005
Publisher: International Islamic Publishing House
ISBN Hard Cover: 9960-850-36-6
ISBN Soft Cover: 9960-850-44-7
P30

Commentaire ~ La racine de la piété

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Voici une sentence du Cheikh Chaqiq Balkhi.

« Celui sur qui tombe un arrêt du destin doit montrer de la résignation. Quiconque, dans les épreuves, se désespère et pleure fait comme s’il se saisissait d’une javeline pour combattre contre le Seigneur très haut. » Il disait encore: « La racine de la piété est la crainte du Seigneur très haut et l’abstention de tout ce qui est défendu. La perte des hommes tient à trois causes: l’une est qu’ils commettent le péché et qu’ils se bercent de l’espoir de faire pénitence plus tard; l’autre, qu’ils ne se pressent pas de faire pénitence, parce qu’ils se flattent de vivre longtemps; la troisième enfin est que beaucoup de gens, sous prétexte que la miséricorde du Seigneur très haut est immense, meurent sans avoir fait pénitence, après avoir passé leurs jours dans l’insouciance. Le Seigneur très haut, au moment de la mort, redouble l’intensité de la vie chez ceux de ses serviteurs qui l’ont servi fidèlement, tandis qu’il rend semblables à des morts, même pendant leur vie, les mauvais serviteurs adonnés au péché. » « Ce que je préfère à tout, disait-il, c’est de recevoir un hôte chez moi, parce que, tandis qu’il ne fait que manger la ration qui lui a été attribuée par la destinée, moi je participe à la récompense promise à ceux qui font aumône de leur avoir. »

Commentaire ~ L’eau dans une cruche

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Voici une anecdote de Cheikh Mohammed Murte’ach mourut l’an 328 (939-940).

Le cheikh disait: « J’avais accompli treize voyages à la Ke’abeh, lorsqu’en y réfléchissant bien je reconnus que tout ce que j’avais fait n’était que pour la montre. – Comment cela? lui demanda-t-on. – Un jour répondit-il, que ma mère m’avait commandé de lui apporter de l’eau dans une cruche, cette tâche me parut pénible; j’en conclus que tous mes voyages à la Ke’abeh étaient de purs actes d’hypocrisie, attendu que les droit d’une mère sur son fils priment de beaucoup les honneurs que nous devons à la Ke’abeh. »

Commentaire ~ S’il préfère ses passions

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Omar -que Dieu l’agrée- a dit: « Gardez-vous de la gloutonnerie, elle nuit au corps, procure les maladies et empêche de faire les prières. Cherchez-y la modération qui est bénéfique pour le corps, loin de tout excès car Dieu le Très Haut n’aime pas le corpulent gourmand. L’homme ne périt que s’il préfère ses passions à sa foi ». (Abou Naim)

Les Compagnons du Prophète (Hayat-Assahaba)
Par Mouhammad Youssef Al-Kandahlawi – Volume II
Traduit par Fawzi Chaaban
Éditeur: Dar El Fikr – Beyrouth/Liban
Page 7

Commentaire ~ Paix et Tranquillité

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

1) La longueur de ta vie est déjà prédéterminée, car tout se passe avec la prédestination et l’Ordre d’Allah. Donc il n y a aucune raison d’inquiétude de ce coté la.

2) La décision du bien que quelqu’un reçoit est avec Allah seul: personne ne contrôle ce bien. Personne n’a le pouvoir ni de la prendre de toi ni d’en diminuer d’une graine de moutarde sa quantité.

3) Le passé a disparu et a pris avec elle ses tristesses et misères. Elle ne peut revenir même si toute l’humanité se réunissait en une seule personne pour la faire revenir.

4) Le futur vient du monde de l’inconnue et n’est pas encore arrivé. Elle emmène avec elle des choses, ne montrant aucun regard à ta permission ni à tes sentiments, alors ne l’appelle pas jusqu’a ce qu’il arrive de son propre gré.

5) Faire du bien a autrui donne le bonheur dans le coeur et l’âme. Une bonne action ramène plus du bien a celui qui fait la bonne action – en termes de bénédiction et récompense – qu’a celui qui est récipiendaire de la bonne action.

Extrait de La Tahzan (Ne t’attriste pas)

Commentaire ~ Commence avec toi-même

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Un homme est allé à Ibn Abbas (que Dieu lui accorde Sa satisfaction) et dit: « O Ibn Abbas, je veux encourager les gens a faire le bien et les interdire a faire du mal. » Ibn Abbas lui répond, « Et as-tu atteint ce niveau? » Il dit: « J’espère que c’est le cas. » Il dit: « Si tu ne crains pas d’être exposé par trois Versets du Livre de Allah alors vas y. » L’homme a demandé: « Et quelles sont-elles? » Ibn Abbas mentionne ce verset:

« Commanderez-vous aux gens de faire le bien, et vous oubliez vous-mêmes de le faire… » (Coran 2:44)

Et alors il demande: « As-tu appliqué les implications de ce verset? » Il lui réponds: « Non. » Ibn Abbas alors mentionne le deuxième verset:

« Ô vous qui avez cru! Pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas? C’est une grande abomination auprès d’Allah que de dire ce que vous ne faites pas. » (Coran 61:2-3)

Ensuite Ibn Abbas lui demande: « As-tu appliqué les implications de ce verset? Il dit: « Non. » Il mentionne alors le troisième verset concernant Shuaib (la paix soit sur lui):

« …Je ne veux nullement faire ce que je vous interdis… » (Coran 11:88)

Ensuite Ibn Abbas lui demande: « As-tu appliqué les implications de ce verset? Il dit: « Non. » Ibn Abbas lui réponds: « Commence alors avec toi-même. »

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 205

Commentaire ~ Allah ne mettra jamais le secret du succès

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Quelqu’un a demandé à un savant une fois sur la façon dont leurs parents les encouragent à acheter une maison avec de l’intérêt en les menaçant de pauvreté.

Alors le savant répondit:

« Allah ne mettra jamais le secret du succès dans quelque chose qu’ Allah a interdit ou a fait haram. »

Donc, si jamais quelqu’un te dit que tu deviendrais riche si tu traites avec des intérêts, ils ont menti. Ils ont menti par ignorance ou pour d’autres raisons parce que Allah subhanahu wa Ta’ala ne mettra jamais le succès dans quelque chose qu’ Allah a interdit. Si vous voyez certaines personnes réussir avec ces choses interdites, ils se font avoir et toi tu te fais avoir. Leur succès sera à court terme avec l’échec, la tristesse et la perte à long terme. C’est un test d’Allah subhanahu wa Ta’ala.

Ceci s’applique à tout, l’argent, les relations, la santé etc…

« Allah ne mettra jamais le secret du succès dans quelque chose qu’ Allah a interdit ou a fait haram. »

Commentaire ~ Le décret divin lié au croyant est toujours un bénéfice

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Le décret divin lié au croyant est toujours un bénéfice, même s’il est sous forme de rétention (quelque chose qui est désiré), et c’est une bénédiction, même si cela semble être une épreuve, et une affliction qui lui est arrivée est en réalité un remède, même si cela semble être une maladie!

Malheureusement, en raison de l’ignorance de l’adorateur et de ses transgressions, il ne considère rien comme un cadeau ou une bénédiction ou un remède à moins qu’il ne puisse en profiter immédiatement, et c’est conforme à sa nature. Si seulement on lui avait donné un peu de compréhension, alors il aurait compté être privé de ce qu’il ou elle désire retenu comme une bénédiction, et la maladie comme une miséricorde, et il apprécierait le problème qui lui arrive plus qu’il n’aime la facilité, et il jouirait de la pauvreté plus qu’il n’aime la richesse, et il serait plus reconnaissant quand il est béni avec peu que quand il est béni avec beaucoup.

Traduit de:
Imam ibn al Qayyim rahimahullah
Madarij al-Salikin 2/215-216

Commentaire ~ Il a refusé de le prendre que d’une manière illégale

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Ceci me rappelle une histoire d’Ali (qu’Allah soit satisfait de lui). Un matin, il est entré dans la Mosquée d’al-Koofa pour prier deux unités volontaires de prière. Avant d’entrer, il a trouvé un garçon debout à la porte. Il lui dit. « O garçon, retiens pour moi ma mule jusqu’à ce que je termine de prier. » Quand Ali était entré dans la mosquée, il prit l’intention de récompenser le garçon avec un dirham pour ses services. Pendant ce temps, le garçon enleva la muserolle de la mule et se précipita au marché pour la vendre. Quand Ali sortit de la mosquée, il ne trouva pas le garçon, mais seulement sa mule sans sa muserolle. Il engagea un homme pour retrouver le garçon et lui ordonna d’aller voir au marché, car il était très probable que le garçon y irait pour vendre la muserolle. Effectivement, l’homme trouva le garçon au marché ou il essayait de vendre la muserolle aux enchères. L’homme acheta la muserolle de lui pour un dirham. Quand il retourna à Ali et l’informa sur ce qui s’est passé, Ali a dit: « Combien Allah est parfait! Par Allah, je voulais lui donner un dirham licite (hallal), mais il a refusé de le prendre que d’une manière illégale (haraam). »

Tu ne te trouveras dans aucune situation, tu ne réciteras aucun passage du Coran, vous n’accomplirez aucun acte sans que Nous soyons témoin au moment où vous l’entreprendrez. Il n’échappe à ton seigneur ni le poids d’un atome sur terre ou dans le ciel, ni un poids plus petit ou plus grand qui ne soit déjà inscrit dans un livre évident. (Coran 10:61)

Traduit de:
La Tahzan (Don’t be sad) (Ne t’attriste pas)
By Aaidh ibn Abdullah al-Qarni
Translated by: Faisal ibn Muhammad Shafeeq, 2nd ed. Riyadh 2005
Publisher: International Islamic Publishing House
ISBN Hard Cover: 9960-850-36-6
ISBN Soft Cover: 9960-850-44-7
P416

Commentaire ~ Les biens des riches

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

L’Imam Ali (que Dieu lui accorde Sa satisfaction) a dit:

« Dieu, gloire et pureté à Lui, a imposé sur les biens des riches de quoi nourrir les pauvres. Un pauvre n’a donc faim qu’à cause de la jouissance d’un riche et Dieu exalté leur en demandera compte ».

Commentaire ~ Trois regrets

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Voici une sentence du Cheikh Haçan Basri, surnommé Abou Seid el-Haçan ben Abil-Haçan Yecar, né l’an 21 (641-642), mort l’an 110 (728-729).

« Bien à plaindre, disait-il, celui des fils d’Adam qui met sa complaisance dans ce bas monde, où l’on doit rendre compte de l’usage des choses légitimes et où il y a un châtiment pour les choses défendues! Chaque fois que mourra un des fils d’Adam, il partira avec trois regrets:

  1. de ne s’être jamais rassasié d’entasser les biens de ce monde;
  2. de n’avoir jamais trouvé la satisfaction des désirs qui étaient dans son coeur;
  3. de n’avoir pas préparé convenablement les provisions de route pour l’autre monde. »

Quelqu’un lui dit: « Un tel va rendre l’âme »: et Haçan Basri de s’écrier: « Mais voilà soixante-dix ans qu’il rendait l’âme; aujourd’hui il va être délivré de cette peine. »

Commentaire ~ Quand vos supplications prennent trop de temps avant d’être répondu

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Il y aura des Duas que vous ferez qui ne se manifesteront pas quand vous le voudrez…

Cela ne veut pas dire que c’est un Dua sans réponse…

Il y a 2 points critiques que je voudrais que vous compreniez…

Le premier est… Allah répond à TOUS les Duas. Il se présente de trois manières:

1. Oui.
2. Oui, mais pas encore.
3. Oui, j’ai quelque chose de mieux pour toi.

Le deuxième point critique est le suivant…

Lorsque la réponse est «Oui, mais pas encore», voici pourquoi…

Si vous vouliez renforcer les muscles de votre haut du corps pour soulever des poids, un entraîneur commencerait par le bas de votre corps.

Pour préparer votre haut du corps, vous devez être stable, planter vos pieds dans le sol fermement.

De même, pour que vous soyez prêt pour certains duas, Allah veut que vous soyez prêt pour cela…

Autrement dit, une graine ne peut pas produire de fruits tout de suite. Il doit d’abord faire pousser des racines, renforcer son tronc, faire pousser ses branches et enfin les fruits.

Commentaire ~ Une douce exhortation

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Un homme est allé auprès du calife Mamoun, afin de le conseiller et pour l’avertir, mais il était très sévère dans son discours, si bien que le dirigeant était visiblement touché par ses paroles. Quand l’homme quitta la compagnie du calife, il regrettait ses paroles et craint une punition. Quand il rentra chez lui, il découvert que le calife voulait le rencontrer, donc il retourna dans un état de peur et d’agitation. Mamoun dit: « Certes, Allah a ordonné à celui qui est mieux que toi d’être doux dans la parole à celui qui est plus mauvais que moi. » Allah a dit au Prophète Moussa (paix soit sur lui) quand il l’envoya à Firaoun:

« Puis, parlez-lui gentiment. Peut-être se rappellera-t-il ou [Me] craindra-t-il? » (Coran 20.44)

L’homme s’est excusé pour ce qu’il avait dit, et il a appris la douceur de parole de Mamoun.

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 146

Commentaire ~ Faites vos propres comptes

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Omar ibn al-Khattab (que Allah lui accorde Sa satisfaction) a dit: « Faites vos propres comptes avant qu’on vous les fasse pour vous. Pesez vos actes avant qu’ils ne soient pesés pour vous et embellissez vous-mêmes (de bonnes actions) pour la grande exposition (Jour du Jugement). »

Le jour où chaque âme se trouvera confrontée avec ce qu’elle aura fait de bien et ce qu’elle aura fait de mal; elle souhaitera qu’il y ait entre elle et ce mal une longue distance! Allah vous met en garde à l’égard de Lui-même. Allah est Compatissant envers [Ses] serviteurs. (Coran 3:30)

Quiconque fait un bien fût-ce du poids d’un atome, le verra, et quiconque fait un mal fût-ce du poids d’un atome, le verra. (Coran 99:7-8)

Ne sait-il donc pas que lorsque ce qui est dans les tombes sera bouleversé, et que sera dévoilé ce qui est dans les poitrines, ce jour-là, certes, leur Seigneur sera Parfaitement Connaisseur d’eux? (Coran 100:9-11)

Commentaire ~ Quiconque laisse quelque chose par amour d’Allah

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Certains des savants de tafsir disent que si vous regardez les Mahajirouns, ceux qui ont émigré de la Mecque à Médine; plus tard, chacun d’eux est devenu un chef d’etat ou un émir d’une armée. Allah leur a donné un meilleur statut dans ce monde, comparé a ce qu’ils avaient à La Mecque. Ceci est ici dans ce monde, par-contre dans l’au-delà la récompense sera encore plus grande.

Les savants disent aussi que: « Quiconque laisse quelque chose par amour d’Allah, Allah donnera à cette personne quelque chose de mieux. »

Commentaire ~ Ton prisonnier

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Sentence de l’Imam Ali (que Dieu lui accorde Sa satisfaction):

Ton parler est ton prisonnier tant que tu ne l’as pas exprimé. Mais, dès que tu l’exprimes, tu deviens le sien.

Thésaurise ta langue comme tu thésaurises ton or et ton argent car il se peut qu’une seule parole te retire un bonheur et t’attire une calamité.

Commentaire ~ Conseils pieux

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Sufyan ath-Thawrî sur son lit de mort recommanda à Ali b. al-Hasan as-Sullamî:

Sois toujours sincère, garde-toi du mensonge, de la félonie, de l’ostentation et de l’orgueil; ce sont des défauts qui réduisent à néant les bénéfices acquis par la pratique des bonnes oeuvres. En matière de religion, prends pour seul conseiller l’homme qui observe fidèlement la sienne et pour compagnon celui qui te détourne des vanités terrestres. L’idée de la mort toujours présente à l’esprit, implore souvent le pardon divin et, ta vie durant, songe à ton salut. Prodigue les conseils pieux à qui les sollicite. N’abuse pas de la confiance mise en toi par un croyant, car, dès lors, c’est Dieu Lui-même et Son Prophète que tu trahirais. Fuis chicaneries et disputes. Évite ce qui peut donner prise au doute pour te cantonner dans les inébranlables certitudes; il y va de ta sauvegarde. Ordonne le bien et interdis le mal, tu seras ainsi aimé de Dieu. Mets-toi d’abord en règle avec ta conscience, le Seigneur Se chargera d’établir ta notoriété aux yeux d’autrui. Accepte les excuses quand on t’en présente et n’en veuille pas à tes frères en Islam. Renoue avec quiconque aura rompu avec toi; en pardonnant les offenses, tu te hisseras au rang des compagnons des prophètes. Remets-t-en à Dieu en chaque circonstance, en public comme en privé. Crains-Le comme le mortel que tu es, appelé à être ressuscité et conduit en troupeau devant le Tout-Puissant. N’oublie pas l’alternative qui t’attend: ou le jardin sublime ou le feu ardent.

Dernier Sermon du Messager de Dieu (BSDL)

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Le Messager de Dieu (BSDL) arriva à Arafa où on lui a dressé une tente dans un endroit appelé « Namira ». Une fois le soleil couché, il monta sur sa chamelle Al-Qaçwa et quand il arriva au fond de la vallée, il fit ce discours:

« O peuple! Prêtez-moi une oreille attentive, car je ne sais pas si je serai encore parmi vous l’an prochain.

Alors, écoutez ce que je dis avec beaucoup d’attention et transmettez ces mots à ceux qui ne pouvaient être présents aujourd’hui.

O peuple! Tout comme vous considérez ce mois, ce jour, cette cité sacrée, considérez aussi la vie et la propriété de tout Musulman comme sacrées. Rendez les biens qu’on vous a prêtés à leurs propriétaires de droit. Ne faites de mal à personne de façon à ce qu’on ne vous fasse pas de mal. Souvenez-vous qu’un jour vous rencontrerez votre Seigneur et Il vous demandera des comptes sur vos actions en ce monde. Dieu vous a interdit l’usure (les interets). Alors, toute obligation usuraire (d’interets) doit désormais être annulée. Votre capital est à vous. Vous n’infligerez ni souffrirez d’aucune iniquité. Dieu a jugé qu’il n’y devait pas y avoir d’intérêt et que tout intérêt du à Abbas Ibn ‘Abda’Al Muttalib (l’oncle du Prophète (BSDL)) doit être annulé.

Tous les droits (à la vengeance) découlant des homicides de la période pré-islamique sont désormais annulés et les premiers que j’abolis sont ceux qui découlent du meurtre de Rabiah Ibn Al Harith (un proche du Prophète(BSDL)).

O peuple! Les incroyants jouent avec le calendrier afin de rendre permissible ce que Dieu a interdit et interdire ce que Dieu a permis. Selon Dieu, les mois sont au nombre de douze. Quatre d’entre-eux sont saints. Trois d’entre eux sont successifs et un survient entre les mois de Jumada et de Shaban.

Faites attention au Diable, pour le bien de votre religion. Il a perdu tout espoir de vous égarer par les grands péchés, alors faites attention de le suivre dans les petits péchés.

O peuple! Il est vrai que vous avez des droits sur vos femmes, mais elles ont aussi des droits sur vous. Souvenez-vous que vous les avez prises comme femmes seulement avec la permission de Dieu et en remplissant un pacte avec Lui. Si elles vous restent fidèles, alors il leur revient le droit d’être nourries et vêtues dans la gentillesse. Traitez bien vos femmes et soyez gentils avec elles, car elles sont vos partenaires et vos assistantes dévouées . Et c’est votre droit qu’elles ne fréquentent pas des gens que vous n’approuvez pas, ainsi que de ne jamais être infidèles.

O peuple! Écoutez-moi avec sincérité. Adorez Dieu, accomplissez vos cinq prières quotidiennes, jeûnez pendant le mois du Ramadan et donnez de votre bien en Zakat (charité). Faites le Hajj (pèlerinage), si vous le pouvez.

Toute l’humanité descend de Adam et Eve. Un Arabe n’est pas supérieur à un non-Arabe et un non-Arabe n’est pas supérieur à un Arabe. Un blanc n’est pas supérieur à un noir et un noir n’est pas supérieur à un blanc – seulement par la piété et la bonne action. Sachez que chaque Musulman est le frère de chaque Musulman et que les Musulmans constituent une fraternité. Le bien d’autrui n’est pas légitime pour un Musulman excepté celui que son frère lui donne de plein gré. Alors, ne vous faites pas d’injustice à vous-mêmes. Souvenez-vous qu’un jour vous rencontrerez Dieu et répondrez pour vos actions en ce monde. Alors faites attention! Ne vous égarez pas du chemin de la piété après mon départ.

O peuple! Aucun prophète ou messager ne viendra après moi et aucune nouvelle croyance ne naîtra. Raisonnez bien alors, O peuple, et comprenez les mots que je vous transmets.

Je laisse derrière moi deux choses: le Coran et ma Sunna et si vous les suivez, vous ne vous égarerez jamais.

Tous ceux qui écoutent devront transmettre mes paroles aux autres et les autres, à d’autres encore, de façon à ce que les derniers comprennent mes paroles encore mieux que ceux qui m’écoutent directement.

Soit témoin, O Allah, que j’ai transmis Ton message à Ton peuple ».

BSDL: bénédiction et salut de Dieu sur lui

*Source: Allah Alim. Je n’ai pas la source exacte. Traduction approximative du sermon de l’arabe. Que Allah pardonne les erreurs.

Commentaire ~ La réponse à vos supplications est retardée pour une raison

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Il y a une situation intéressante qui confond beaucoup de gens: le croyant qui est affligé avec une calamité et puis appelle Allah constamment, pourtant ne voit aucun signe d’une réponse à ses prières. Alors quand il s’approche près du point de désespoir, la vraie valeur de son coeur est découverte. S’il est satisfait avec ce qu’Allah a décrété pour lui, sans perdre espoir de la faveur d’Allah, alors dans la plupart des situations c’est à ce moment là que les supplications d’une telle personne sont répondues, répondu parce que son examen est terminé: sa foi a brillé à travers et le diable a été défait. Ainsi c’est à l’heure de désespoir que la valeur de l’homme est jugée. Allah fait allusion à cette signification dans le Coran:

Pensez-vous entrer au Paradis alors que vous n’avez pas encore subi des épreuves semblables à celles que subirent ceux qui vécurent avant vous? Misère et maladie les avaient touchés; et ils furent secoués jusqu’à ce que le Messager, et avec lui, ceux qui avaient cru, se fussent écriés: « Quand viendra le secours d’Allah? » – Quoi! Le secours d’Allah est sûrement proche. (Coran 2:214)

Après que Ya’qub (la paix soit sur lui) ait perdu son fils, beaucoup de temps s’est écoulée, pourtant il n’a jamais perdu l’espoir de soulagement. Au lieu du soulagement, un autre de ses fils a été alors emporté, et même la il n’a pas perdu l’espoir de la Faveur et de la Miséricorde d’Allah

…Oh! belle patience. Il se peut qu’Allah me les ramènera tous les deux. Car c’est Lui l’Omniscient, le Sage ». (Coran 12:83)

Et semblables étaient les mots et les sentiments de Zacharie (la paix soit sur lui):

…[Cependant], je n’ai jamais été malheureux [déçu] en te priant, ô mon Seigneur. (Coran 19:4)

Donc on ne devrait jamais sentir que trop de temps s’est écoulé sans que ses supplications soient répondues. On devrait se rendre compte que, toutes les fois qu’on est testé avec des difficultés, c’est son courage et sa foi qui sont examinés. Pour passer un tel examen, on doit ignorer les chuchotements du diable et se tourner pour l’aide vers Allah, le Plus Compatissant, le Plus Généreux, le Plus Sage.

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 317

Commentaire ~ La richesse de l’âme

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Le calife Othman Ibn Affan (que Dieu lui accorde Sa satisfaction) a dit sur la richesse de l’âme:

« La richesse de l’âme met l’âme au-dessus de tout besoin, quand même la pauvreté la mord en lui faisant mal.

Toute période difficile, endure-la avec patience même si elle se prolonge, car elle n’est pas faite pour durer et l’aisance lui succèdera forcément. »

Commentaire ~ Une bonne action qui n’est pas acceptée

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Asma’i rapporte: « J’étais avec un homme parmi les habitants de Sham (les régions de la Syrie, le Liban, la Palestine et la Jordanie confondues) et tentait de l’apaiser pour une certaine affaire quand un vendeur avec un seau de grenades marcha devant nous. À ma grande surprise, mon compagnon qui était un des aristocrates nobles de Sham vola rapidement une grenade et le glissa dans sa manche. Je ne pouvais pas croire mes yeux jusqu’à ce que nous étions tombés sur un mendiant. Cet homme de Sham sorti le grenade caché dans sa manche et le remis au mendiant. Je l’ai questionné à propos de cette étrange action. Il répondit: « Ne comprends-tu pas que la prise de la grenade était une mauvaise action et le fait de l’avoir donné au mendiant équivaut à dix bonnes actions? » Asma’i répondit: « Ne sais-tu pas que la prise de la grenade était une mauvaise action et le bien de l’avoir donné n’a pas été acceptée parce que c’était Haram (interdit). »

Deuxième commentaire: Allah est Bon et n’accepte que ce qui est bon.

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 83

Commentaire ~ Le plus difficile des actes

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Ali (que Dieu lui accorde Sa satisfaction) a dit: « Parmi les actes, il y en a quatre qui sont les plus difficiles de se parer avec:

  1. Le pardon lorsqu’en colère;
  2. La générosité dans les moments difficiles;
  3. La chasteté lorsque seul;
  4. Dire la vérité à celui qui la craint. »

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 119

Commentaire ~ Maintenir un mode de vie équilibré

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Ali bin Fudail a rapporté qu’il a entendu son père dire à Ibn Moubarak, « Tu nous commandes de chercher peu de ce monde, mais nous voyons que tu pratiques le commerce de marchandises. S’il te plaît expliques-nous comment tu réconcilies ceci? » Il a répondu, « O Abou Ali, je le fais seulement pour me protéger (de la mendicité), d’être généreux envers ma famille, et d’utiliser la richesse pour m’aider dans l’obéissance de mon Seigneur. « ‘Ali dit, « O Ibn Moubarak, si tu accomplis tout cela, alors ta façon de gagner et de dépenser sont tous les deux nobles en effet! »

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 115

Commentaire ~ Tant dans le bien que dans le mal

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Al-Walid Ben ‘Oubada raconte: « J’entrai chez ‘Oubada pour le visiter, étant malade, en imaginant sa mort imminente. Je lui dis: « Père! donne-moi de conseils qui me seront bénéfiques ». Il demanda qu’on le fasse asseoir, puis il me répondit: « O fils! Tu ne goûteras la douceur de la foi ou atteindras le dégré de la réalité de la connaissance de Dieu tant que tu ne crois pas au destin tant dans le bien que dans le mal », -O père, demandai-je, comment je saurai le bien du destin et son mal? -Sache, répliqua-t-il, que ce qui t’avait manqué ne saurait t’atteindre, et ce qui t’avait atteint ne saurait te manquer. O fils! J’ai entendu le Messager de Dieu -que Dieu lui accorde Sa grâce et Sa paix- dire: « La première chose que Dieu a crée fut le Calame. Il lui dit: « Ecris ». Et le Calame a écrit, à cet instant-là, tout ce qui aura lieu jusqu’au Jour de la Résurrection ». O fils! Si tu meurs sans y croire, tu entreras à l’Enfer ». (Ahmed)

Les Compagnons du Prophète (Hayat-Assahaba)
Par Mouhammad Youssef Al-Kandahlawi – Volume II
Traduit par Fawzi Chaaban
Éditeur: Dar El Fikr – Beyrouth/Liban
Page 92