Commentaire ~ Les difficultés sont le résultat de ce que vos propres mains ont récolté

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Beaucoup de personnes, et pas simplement les non Musulmans, deviennent irrités quand elles ou quelqu’un qu’elles aiment est affligée avec une calamité. Pour être sûr, beaucoup de personnes à travers le monde sont affligés avec des difficultés et des épreuves difficiles. En contemplent la situation de beaucoup parmi elles, je me suis demandé, “Comme Allah est parfait! En effet, il est le plus généreux de tous, et la générosité rend nécessaire le pardon. Alors pourquoi est ce que tant de personnes sont punis?” Ça n’a pas pris longtemps pour que je trouve la réponse à cette question, parce que j’ai réalise que la plupart des personnes mènent des vies sans valeur: ils ne contemplent pas les nombreux signes qui indiquent l’unicité d’Allah; ils ne s’inquiètent pas des commandes et des prohibitions d’Allah; au lieu de cela, ils vivent comme le font les bêtes, s’inquiétant de rien excepté la nourriture, la boisson, le plaisir, et le sommeil. Et ici je ne me réfère pas seulement aux non Musulmans, parce que il y a beaucoup de Musulmans qui appliquent les enseignements de l’Islam seulement quand c’est facile ou en accord avec leurs désirs; autrement, ils suivent aveuglement leurs passions, s’inquiétant pas de la façon dont ils ont gagné leur richesse – de si elle viens des sources légales ou illégales. S’il est facile pour eux de prier, ils prieront; autrement, ils abandonneront les prières obligatoires. D’autres parmi eux commettent des péchés graves, sans sentir après n’importe quel remords ou culpabilité. Ainsi je suis venu à savoir que, pour beaucoup de personnes, les punitions, les épreuves, et les afflictions qui leur arrivent – cependant aussi grand qu’elles peuvent être – sont moins graves que la sévérité de leurs péchés. En souffrant une calamité, il pourrait se demander, “Pourquoi est-ce que cela m’arrive?” Pourtant il oublie les nombreux péchés qu’il a commis durant toute sa vie. Dans sa vieillesse, un homme pourrait souffrir de beaucoup d’humiliation, au degré que, en le regardant, les gens ont pitié de lui; pourtant peut-être ils ne savent pas qu’il est puni pour ne pas avoir accompli les obligations d’Allah pendant toute sa jeunesse. Ainsi toutes les fois que vous voyez un qui est puni, sachez qu’il est en raison de ses péchés.

Quoi! Quand un malheur vous atteint – mais vous en avez jadis infligé le double – vous dites “D’où vient cela?” Réponds-leur: “Il vient de vous mêmes”. Certes Allah est Omnipotent. (Quran 3.165)

Et ceci nous amène au point:

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 313

Commentaire ~ Un homme avisé

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Voici une sentence du Cheikh Haçan Basri, surnommé Abou Seid el-Haçan ben Abil-Haçan Yecar, né l’an 21 (641-642), mort l’an 110 (728-729).

Haçan Basri disait: “C’est un homme avisé celui qui prend soin de ses intérêts dans l’autre vie sans se donner de soucis pour que sa prospérité temporelle ne soit pas endommagée. Quiconque connaît le Seigneur très haut voit son amour pour Lui s’accroître de jour en jour; quiconque connaît ce monde passager le considère comme un ennemi. L’homme intelligent est celui qui pose un frein solide à la tête de ses passions et qui tient la bride d’une main ferme. Regarde bien ce que deviennent les affaires de ce bas monde pour quelqu’un qui meurt, parce qu’elles seront exactement de même pour toi après ta mort. C’était par amour pour le monde d’ici-bas que les infidèles rendaient un culte aux idoles.” Et il ajoutait: “Quiconque prise l’or et l’argent, le Seigneur très haut le fera tomber à la fin dans l’avilissement. Ne commande aux autres que ce que tu pourrais toi-même exécuter.” Il disait aussi: “Quiconque te rapporte les paroles d’autrui est capable de rapporter à autrui tes propres paroles. Ne donne pas accès auprès de toi à un tel personnage. Au Jour de la Résurrection il faudra rendre compte non seulement de tout ce qu’on aura mangé soi-même, mais de tout ce qu’on aura fait manger à son père, à sa mère ou à ses petits enfants (…) Pour chaque prière que tu feras sans recueillement, le châtiment suivra de près.”

Commentaire ~ Le passé est parti a jamais

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

En méditant sur le passé et ses tragédies, on s’expose à une forme de folie – une sorte de maladie qui détruit la résolution de vivre pour le moment présent. Ceux qui ont un but ferme ont rangé et oublié des événements du passé, des événements qui ne reverront plus jamais la lumière, puisqu’ils occupent une place si sombre dans les recoins de l’esprit. Les épisodes du passé sont terminés avec; la tristesse ne peut pas les récupérer, la mélancolie ne peut pas arranger les choses et la dépression ne ramènera jamais le passé à la vie. C’est parce que le passé est inexistant.

Ne vivez pas dans les cauchemars d’autrefois ou à l’ombre de ce que vous avez manqué. Sauvez-vous de l’apparition fantomatique du passé. Pensez-vous pouvoir ramener le soleil à son lieu de lever, le bébé dans le ventre de sa mère, le lait au pis ou les larmes aux yeux? En vous attardant constamment sur le passé et ses événements, vous vous placez dans un état d’esprit très affreux et tragique.

Trop lire dans le passé est un gaspillage du présent. Quand Allah a mentionné les affaires des nations précédentes, Allah, l’Exalté a dit:

Voilà une génération bel et bien révolue. A elle ce qu’elle a acquis, et à vous ce que vous avez acquis. On ne vous demandera pas compte de ce qu’ils faisaient. (Coran 2: 134)

Les jours passés sont terminés, et vous ne bénéficiez en rien de faire une autopsie dessous, ou à faire réflexion sur des événements passés.

La personne qui vit dans le passé est comme quelqu’un qui essaie de scier de la sciure de bois. Autrefois, ils disaient: «N’enlevez pas les morts de leurs tombes.»

Notre tragédie est que nous sommes incapables de faire face au présent: négligeant nos beaux châteaux, nous pleurons sur des bâtiments délabrés. Si chaque homme et chaque djinn essayaient ensemble de ramener le passé, ils échoueront très certainement. Tout sur terre avance, se préparant pour une nouvelle saison – et vous devrez le faire aussi.

Traduit de:
La Tahzan (Don’t be sad) (Ne t’attriste pas)
By Aaidh ibn Abdullah al-Qarni
Translated by: Faisal ibn Muhammad Shafeeq, 2nd ed. Riyadh 2005
Publisher: International Islamic Publishing House
ISBN Hard Cover: 9960-850-36-6
ISBN Soft Cover: 9960-850-44-7
P30

Commentaire ~ La racine de la piété

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Voici une sentence du Cheikh Chaqiq Balkhi.

“Celui sur qui tombe un arrêt du destin doit montrer de la résignation. Quiconque, dans les épreuves, se désespère et pleure fait comme s’il se saisissait d’une javeline pour combattre contre le Seigneur très haut.” Il disait encore: “La racine de la piété est la crainte du Seigneur très haut et l’abstention de tout ce qui est défendu. La perte des hommes tient à trois causes: l’une est qu’ils commettent le péché et qu’ils se bercent de l’espoir de faire pénitence plus tard; l’autre, qu’ils ne se pressent pas de faire pénitence, parce qu’ils se flattent de vivre longtemps; la troisième enfin est que beaucoup de gens, sous prétexte que la miséricorde du Seigneur très haut est immense, meurent sans avoir fait pénitence, après avoir passé leurs jours dans l’insouciance. Le Seigneur très haut, au moment de la mort, redouble l’intensité de la vie chez ceux de ses serviteurs qui l’ont servi fidèlement, tandis qu’il rend semblables à des morts, même pendant leur vie, les mauvais serviteurs adonnés au péché.” “Ce que je préfère à tout, disait-il, c’est de recevoir un hôte chez moi, parce que, tandis qu’il ne fait que manger la ration qui lui a été attribuée par la destinée, moi je participe à la récompense promise à ceux qui font aumône de leur avoir.”

Commentaire ~ S’il préfère ses passions

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Omar -que Dieu l’agrée- a dit: “Gardez-vous de la gloutonnerie, elle nuit au corps, procure les maladies et empêche de faire les prières. Cherchez-y la modération qui est bénéfique pour le corps, loin de tout excès car Dieu le Très Haut n’aime pas le corpulent gourmand. L’homme ne périt que s’il préfère ses passions à sa foi”. (Abou Naim)

Les Compagnons du Prophète (Hayat-Assahaba)
Par Mouhammad Youssef Al-Kandahlawi – Volume II
Traduit par Fawzi Chaaban
Éditeur: Dar El Fikr – Beyrouth/Liban
Page 7

Commentaire ~ Commence avec toi-même

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Un homme est allé à Ibn Abbas (que Dieu lui accorde Sa satisfaction) et dit: “O Ibn Abbas, je veux encourager les gens a faire le bien et les interdire a faire du mal.” Ibn Abbas lui répond, “Et as-tu atteint ce niveau?” Il dit: “J’espère que c’est le cas.” Il dit: “Si tu ne crains pas d’être exposé par trois Versets du Livre de Allah alors vas y.” L’homme a demandé: “Et quelles sont-elles?” Ibn Abbas mentionne ce verset:

“Commanderez-vous aux gens de faire le bien, et vous oubliez vous-mêmes de le faire…” (Coran 2:44)

Et alors il demande: “As-tu appliqué les implications de ce verset?” Il lui réponds: “Non.” Ibn Abbas alors mentionne le deuxième verset:

“Ô vous qui avez cru! Pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas? C’est une grande abomination auprès d’Allah que de dire ce que vous ne faites pas.” (Coran 61:2-3)

Ensuite Ibn Abbas lui demande: “As-tu appliqué les implications de ce verset? Il dit: “Non.” Il mentionne alors le troisième verset concernant Shuaib (la paix soit sur lui):

“…Je ne veux nullement faire ce que je vous interdis…” (Coran 11:88)

Ensuite Ibn Abbas lui demande: “As-tu appliqué les implications de ce verset? Il dit: “Non.” Ibn Abbas lui réponds: “Commence alors avec toi-même.”

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 205

Commentaire ~ Allah ne mettra jamais le secret du succès

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Quelqu’un a demandé à un savant une fois sur la façon dont leurs parents les encouragent à acheter une maison avec de l’intérêt en les menaçant de pauvreté.

Alors le savant répondit:

“Allah ne mettra jamais le secret du succès dans quelque chose qu’ Allah a interdit ou a fait haram.”

Donc, si jamais quelqu’un te dit que tu deviendrais riche si tu traites avec des intérêts, ils ont menti. Ils ont menti par ignorance ou pour d’autres raisons parce que Allah subhanahu wa Ta’ala ne mettra jamais le succès dans quelque chose qu’ Allah a interdit. Si vous voyez certaines personnes réussir avec ces choses interdites, ils se font avoir et toi tu te fais avoir. Leur succès sera à court terme avec l’échec, la tristesse et la perte à long terme. C’est un test d’Allah subhanahu wa Ta’ala.

Ceci s’applique à tout, l’argent, les relations, la santé etc…

“Allah ne mettra jamais le secret du succès dans quelque chose qu’ Allah a interdit ou a fait haram.”

Commentaire ~ Le décret divin lié au croyant est toujours un bénéfice

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Le décret divin lié au croyant est toujours un bénéfice, même s’il est sous forme de rétention (quelque chose qui est désiré), et c’est une bénédiction, même si cela semble être une épreuve, et une affliction qui lui est arrivée est en réalité un remède, même si cela semble être une maladie!

Malheureusement, en raison de l’ignorance de l’adorateur et de ses transgressions, il ne considère rien comme un cadeau ou une bénédiction ou un remède à moins qu’il ne puisse en profiter immédiatement, et c’est conforme à sa nature. Si seulement on lui avait donné un peu de compréhension, alors il aurait compté être privé de ce qu’il ou elle désire retenu comme une bénédiction, et la maladie comme une miséricorde, et il apprécierait le problème qui lui arrive plus qu’il n’aime la facilité, et il jouirait de la pauvreté plus qu’il n’aime la richesse, et il serait plus reconnaissant quand il est béni avec peu que quand il est béni avec beaucoup.

Traduit de:
Imam ibn al Qayyim rahimahullah
Madarij al-Salikin 2/215-216

Commentaire ~ Les biens des riches

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

L’Imam Ali (que Dieu lui accorde Sa satisfaction) a dit:

“Dieu, gloire et pureté à Lui, a imposé sur les biens des riches de quoi nourrir les pauvres. Un pauvre n’a donc faim qu’à cause de la jouissance d’un riche et Dieu exalté leur en demandera compte”.

Commentaire ~ Trois regrets

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Voici une sentence du Cheikh Haçan Basri, surnommé Abou Seid el-Haçan ben Abil-Haçan Yecar, né l’an 21 (641-642), mort l’an 110 (728-729).

“Bien à plaindre, disait-il, celui des fils d’Adam qui met sa complaisance dans ce bas monde, où l’on doit rendre compte de l’usage des choses légitimes et où il y a un châtiment pour les choses défendues! Chaque fois que mourra un des fils d’Adam, il partira avec trois regrets:

  1. de ne s’être jamais rassasié d’entasser les biens de ce monde;
  2. de n’avoir jamais trouvé la satisfaction des désirs qui étaient dans son coeur;
  3. de n’avoir pas préparé convenablement les provisions de route pour l’autre monde.”

Quelqu’un lui dit: “Un tel va rendre l’âme”: et Haçan Basri de s’écrier: “Mais voilà soixante-dix ans qu’il rendait l’âme; aujourd’hui il va être délivré de cette peine.”

Commentaire ~ Quand vos supplications prennent trop de temps avant d’être répondu

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Il y aura des Duas que vous ferez qui ne se manifesteront pas quand vous le voudrez…

Cela ne veut pas dire que c’est un Dua sans réponse…

Il y a 2 points critiques que je voudrais que vous compreniez…

Le premier est… Allah répond à TOUS les Duas. Il se présente de trois manières:

1. Oui.
2. Oui, mais pas encore.
3. Oui, j’ai quelque chose de mieux pour toi.

Le deuxième point critique est le suivant…

Lorsque la réponse est «Oui, mais pas encore», voici pourquoi…

Si vous vouliez renforcer les muscles de votre haut du corps pour soulever des poids, un entraîneur commencerait par le bas de votre corps.

Pour préparer votre haut du corps, vous devez être stable, planter vos pieds dans le sol fermement.

De même, pour que vous soyez prêt pour certains duas, Allah veut que vous soyez prêt pour cela…

Autrement dit, une graine ne peut pas produire de fruits tout de suite. Il doit d’abord faire pousser des racines, renforcer son tronc, faire pousser ses branches et enfin les fruits.

Commentaire ~ Une douce exhortation

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Un homme est allé auprès du calife Mamoun, afin de le conseiller et pour l’avertir, mais il était très sévère dans son discours, si bien que le dirigeant était visiblement touché par ses paroles. Quand l’homme quitta la compagnie du calife, il regrettait ses paroles et craint une punition. Quand il rentra chez lui, il découvert que le calife voulait le rencontrer, donc il retourna dans un état de peur et d’agitation. Mamoun dit: “Certes, Allah a ordonné à celui qui est mieux que toi d’être doux dans la parole à celui qui est plus mauvais que moi.” Allah a dit au Prophète Moussa (paix soit sur lui) quand il l’envoya à Firaoun:

“Puis, parlez-lui gentiment. Peut-être se rappellera-t-il ou [Me] craindra-t-il?” (Coran 20.44)

L’homme s’est excusé pour ce qu’il avait dit, et il a appris la douceur de parole de Mamoun.

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 146

Commentaire ~ Quiconque laisse quelque chose par amour d’Allah

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Certains des savants de tafsir disent que si vous regardez les Mahajirouns, ceux qui ont émigré de la Mecque à Médine; plus tard, chacun d’eux est devenu un chef d’etat ou un émir d’une armée. Allah leur a donné un meilleur statut dans ce monde, comparé a ce qu’ils avaient à La Mecque. Ceci est ici dans ce monde, par-contre dans l’au-delà la récompense sera encore plus grande.

Les savants disent aussi que: “Quiconque laisse quelque chose par amour d’Allah, Allah donnera à cette personne quelque chose de mieux.”

Commentaire ~ Ton prisonnier

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Sentence de l’Imam Ali (que Dieu lui accorde Sa satisfaction):

Ton parler est ton prisonnier tant que tu ne l’as pas exprimé. Mais, dès que tu l’exprimes, tu deviens le sien.

Thésaurise ta langue comme tu thésaurises ton or et ton argent car il se peut qu’une seule parole te retire un bonheur et t’attire une calamité.

Commentaire ~ La richesse de l’âme

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Le calife Othman Ibn Affan (que Dieu lui accorde Sa satisfaction) a dit sur la richesse de l’âme:

“La richesse de l’âme met l’âme au-dessus de tout besoin, quand même la pauvreté la mord en lui faisant mal.

Toute période difficile, endure-la avec patience même si elle se prolonge, car elle n’est pas faite pour durer et l’aisance lui succèdera forcément.”

Commentaire ~ Une bonne action qui n’est pas acceptée

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Asma’i rapporte: “J’étais avec un homme parmi les habitants de Sham (les régions de la Syrie, le Liban, la Palestine et la Jordanie confondues) et tentait de l’apaiser pour une certaine affaire quand un vendeur avec un seau de grenades marcha devant nous. À ma grande surprise, mon compagnon qui était un des aristocrates nobles de Sham vola rapidement une grenade et le glissa dans sa manche. Je ne pouvais pas croire mes yeux jusqu’à ce que nous étions tombés sur un mendiant. Cet homme de Sham sorti le grenade caché dans sa manche et le remis au mendiant. Je l’ai questionné à propos de cette étrange action. Il répondit: “Ne comprends-tu pas que la prise de la grenade était une mauvaise action et le fait de l’avoir donné au mendiant équivaut à dix bonnes actions?” Asma’i répondit: “Ne sais-tu pas que la prise de la grenade était une mauvaise action et le bien de l’avoir donné n’a pas été acceptée parce que c’était Haram (interdit).”

Deuxième commentaire: Allah est Bon et n’accepte que ce qui est bon.

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 83

Commentaire ~ Le plus difficile des actes

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Ali (que Dieu lui accorde Sa satisfaction) a dit: “Parmi les actes, il y en a quatre qui sont les plus difficiles de se parer avec:

  1. Le pardon lorsqu’en colère;
  2. La générosité dans les moments difficiles;
  3. La chasteté lorsque seul;
  4. Dire la vérité à celui qui la craint.”

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 119

Commentaire ~ Maintenir un mode de vie équilibré

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Ali bin Fudail a rapporté qu’il a entendu son père dire à Ibn Moubarak, “Tu nous commandes de chercher peu de ce monde, mais nous voyons que tu pratiques le commerce de marchandises. S’il te plaît expliques-nous comment tu réconcilies ceci?” Il a répondu, “O Abou Ali, je le fais seulement pour me protéger (de la mendicité), d’être généreux envers ma famille, et d’utiliser la richesse pour m’aider dans l’obéissance de mon Seigneur. “‘Ali dit, “O Ibn Moubarak, si tu accomplis tout cela, alors ta façon de gagner et de dépenser sont tous les deux nobles en effet!”

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 115

Commentaire ~ Tant dans le bien que dans le mal

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Al-Walid Ben ‘Oubada raconte: “J’entrai chez ‘Oubada pour le visiter, étant malade, en imaginant sa mort imminente. Je lui dis: “Père! donne-moi de conseils qui me seront bénéfiques”. Il demanda qu’on le fasse asseoir, puis il me répondit: “O fils! Tu ne goûteras la douceur de la foi ou atteindras le dégré de la réalité de la connaissance de Dieu tant que tu ne crois pas au destin tant dans le bien que dans le mal”, -O père, demandai-je, comment je saurai le bien du destin et son mal? -Sache, répliqua-t-il, que ce qui t’avait manqué ne saurait t’atteindre, et ce qui t’avait atteint ne saurait te manquer. O fils! J’ai entendu le Messager de Dieu -que Dieu lui accorde Sa grâce et Sa paix- dire: “La première chose que Dieu a crée fut le Calame. Il lui dit: “Ecris”. Et le Calame a écrit, à cet instant-là, tout ce qui aura lieu jusqu’au Jour de la Résurrection”. O fils! Si tu meurs sans y croire, tu entreras à l’Enfer”. (Ahmed)

Les Compagnons du Prophète (Hayat-Assahaba)
Par Mouhammad Youssef Al-Kandahlawi – Volume II
Traduit par Fawzi Chaaban
Éditeur: Dar El Fikr – Beyrouth/Liban
Page 92

Commentaire ~ Les fondements du bonheur

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

1. Sachez que si vous ne vivez pas dans les limites d’aujourd’hui, vos pensées seront dispersées, vos affaires vont devenir confus, et votre inquiétude augmentera – ces faits sont expliqués dans ce Hadith:

“Quand vous êtes dans la matinée, ne vous attendez pas à voir le soir, et quand vous êtes dans la soirée, ne vous attendez pas à voir le matin.”

2. Oublier le passé et tout ce qu’il contenait. Étant absorbé dans les choses qui ont disparu est tout simplement de la folie.

3. Ne pas se préoccuper de l’avenir. Parce que l’avenir est dans le monde de l’Invisible, ne le laissez pas vous préoccuper jusqu’à ce qu’il vienne.

4. Ne soyez pas ébranlés par la critique, au contraire, soyez ferme. Et sachez que proportionnellement à votre valeur, s’élève le niveau de la critique.

5. La foi en Allah et les bonnes actions: ce sont les ingrédients qui composent une bonne et heureuse vie.

6. Celui qui désire la paix, la tranquillité et le confort peuvent trouver tout cela dans le rappel d’Allah.

7. Vous devriez savoir avec certitude que tout ce qui arrivé, s’est fait conformément à un décret divin.

8. Ne vous attendez pas à la gratitude des gens.

9. Entraînez-vous à être prêts et préparés pour le pire.

10. Peut-être que ce qui s’est passé est dans votre meilleur intérêt (même si vous ne pouvez pas le comprendre pour le moment).

11. Tout ce qui est décrété pour le musulman est bon pour lui.

12. Énumérer les bénédictions d’Allah et soyez reconnaissants pour eux.

13. Votre lot est mieux que beaucoup d’autres.

14. Le soulagement arrive d’un moment à l’autre.

15. Dans les deux périodes de difficultés et de facilité, il faut se tourner vers la supplication et prière.

16. Les calamités devraient renforcer votre coeur et remodeler vos perspectives dans un sens positif.

17. En effet, avec chaque difficulté il ya un soulagement.

18. Ne laissez pas des riens être la cause de votre destruction.

19. Ton Seigneur est certes Pardonneur.

20. Ne te fâche pas … Ne te fâche pas … Ne te fâche pas.

21. La vie est le pain, l’eau et l’ombre, donc ne pas être perturbé par l’absence de tout autre chose de matérielle.

Et il y dans le ciel votre subsistance et ce qui vous a été promis. (Coran 51.22)

22. La plupart des maux qui sont censés se produire ne se produisent jamais.

23. Regardez ceux qui sont affligés et soyez reconnaissants.

24. Lorsque Allah aime un peuple, Il le fait endurer des épreuves.

25. Vous devez constamment répéter les supplications que le Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui) nous a enseigné à-dire pendant les périodes difficiles.

26. Travaillez dur à quelque chose de productif, et battre contre l’oisiveté.

27. Ne répandez pas de rumeurs et ne pas les écouter. Si vous entendez une rumeur, par inadvertance, alors ne le crois pas.

28. Votre méchanceté et votre effort a chercher la vengeance sont beaucoup plus dangereux pour ta santé qu’ils le sont pour votre adversaire.

29. Les difficultés que vous guettent expient vos péchés.

La Tahzan (Ne t’attriste pas)
Par Aaidh ibn Abdullah al-Qarni
International Islamic Publishing House
P114

Commentaire ~ La bien n’est-elle pas la récompense du bien?

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Imam, Al-Qadi, Abu Bakr Muhammad bin’ Abdul-Baqi Al-Ansari – que la Miséricorde de Allah soit sur lui – vivait à la Mecque. Il n’avait pas mangé de la nourriture plus longtemps que ne lui était confortable. Il est devenu extrêmement affamé, mais n’avait rien avec lequel il pouvait manger. Pendant qu’il marchait dans les rues de la Mecque, pensant à sa situation fâcheuse, il a trouvé un sac en soie qui était attachée par une corde en soie. Après qu’il a pris le sac, Imam Abu Bakr l’a ramené à sa maison. Là il a ouvert le sac et a trouvé à l’intérieur un collier de perle, dont – en termes de beauté et qualité – il n’a jamais vu dans sa vie. Mais s’il avait eu un sentiment de joie d’avoir trouvé un objet de si grande valeur, cette joie était de courte durée, parce que quand il est retourné dans la rue, il a trouvé un vieil homme qui annonçait qu’il avait perdu un sac en soie qui contenait un collier de grande valeur. Le vieil homme a dit qu’il y avait une récompense de 500 dinars pour la personne qui lui retournera le sac et le collier.

Beaucoup d’autres personnes qui sont mis dans un examen similaire échouent, particulièrement ceux qui sont pauvres et pour qui la tentation d’un article de grande valeur est simplement trop irrésistible. Mais pas pour l’Imam Abu Bakr, qui au lieu de réfléchir sur sa propre situation, a ramené le vieil homme avec lui à sa maison et lui a demandé de décrire le sac, la corde, les perles et la corde à laquelle ils étaient attachés. Le vieil homme a naturellement donné une description précise du tout, après quoi Imam Abu Bakr a sorti les articles perdus et les lui a donné. Le vieil homme a immédiatement sorti 500 dinars et a essayé de les remettre à Imam Abu Bakr, qui a alors refusé de prendre la récompense, expliquant que c’était un devoir religieux sur lui de restaurer les articles perdus et que, donc, il ne convenait pas qu’il prend une récompense pour avoir accompli ce devoir. Le vieil homme a continué à insister pendant un moment, mais Imam Abu Bakr était résolu qu’il n’allait pas prendre l’argent. Le vieil homme a alors pris son congé et est allé sur son chemin.

Peu de temps après, Imam Abu Bakr, peut-être cherchant une nouvelle vie et un nouveau moyen de gagner sa vie, quitta la Mecque et est devenu un passager sur un navire. Pendant son voyage, le bateau a commencé à descendre et en conséquence, beaucoup de personnes sont mortes et leur richesse avec elles au fond de la mer. Le bateau se cassait en morceaux et avec beaucoup de difficultés, Imam Abu Bakr en se tenant sur un des morceaux du bateau parvenu à rester ainsi à flot. Il a continué à se tenir sur ce morceau cassé pendant longtemps jusqu’à ce qu’il ait finalement atteint une île habitée, il ne savait pas combien de jours il est resté en mer.

En tant que nouveau venu à l’île, il ne connaissait personne. Ayant besoin d’un endroit pour se reposer et récupérer, il s’est assis dans une Mosquée. Tandis qu’il était assis dans la Mosquée, lisant le Coran, beaucoup de personnes l’ont entendu et l’ont approché, lui demandant de leur enseigner le Coran. Il était trop heureux de les enseigner et comme récompense pour ses services, elles lui ont payé une somme d’argent significative.

Plus tard, il a trouvé des papiers sur lequel été écrit des chapitres du Coran, il avait finalement trouvé une occasion de lire directement du Coran au lieu de réciter de mémoire. Apparemment, la plupart des personnes sur l’île étaient illettrées et voyant qu’il pouvait lire, une foule des personnes l’ont approché et lui ont demandé s’il pouvait écrire. Il a répondu dans l’affirmative et ils ont dit: “Enseignez-nous comment écrire.” Ils lui ont alors amené des enfants de tous les âges et il est devenu leur professeur. Et encore, en échange pour ses services, il a été payé un grand montant d’argent.

Étant satisfaite avec le caractère et savoir du nouveau venu, les chefs de l’île l’ont approché disant: “Parmi nous vit une jeune orpheline. Elle est riche et nous voulons que tu la maries.” Au début, Imam Abu Bakr refusa, mais ils ont insisté jusqu’à ce que finalement il a accepté de l’épouser.

Le jour de leur mariage, les chefs de l’île ont présenté Imam Abu Bakr à sa nouvelle épouse. Avec un regard de stupéfaction totale dans ses yeux, il a commencé à regarder fixement le collier qu’elle portait. Il fixa ce collier tellement longtemps que les chefs de l’île ont dit: “Tu brises le coeur de ce jeune orpheline, car au lieu de la regarder, tu regardes plutôt son collier.” Imam Abu Bakr leur a alors raconté son histoire avec le vieil homme a la Mecque. Chacun alors commença à prononcer le Témoignage de la Foi et à exalter la Grandeur de Allah. Leurs voix étaient si fortes qu’ils pouvaient être entendues par tous les habitants de l’île. Imam Abu Bakr a demandé: “Mais qu’est-ce que vous avez?” Ils ont dit: “Le vieil homme qui a pris le collier de vous est le père de cette fille et il avait l’habitude de dire: ‘Je n’ai jamais trouvé un musulman dans le monde excepté l’homme qui m’a restauré ce collier.’ Et avait l’habitude de supplier: ‘O Allah, réunis moi et cet homme, de sorte que je puis le marier à ma fille.’ Et maintenant c’est fait.”

Imam Abu Bakr a survécu son épouse et aux enfants qu’elle lui donna. Héritant du collier et puis la vendant pour 100’000 dinars, il est resté un homme riche jusqu’à la fin de ses jours.

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 270

Commentaire ~ Les degrés de la crainte

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Voici une sentence du Cheikh Haçan Basri, surnommé Abou Seid el-Haçan ben Abil-Haçan Yecar, né l’an 21 (641-642), mort l’an 110 (728-729).

“Les degrés de la crainte sont au nombre de trois: le premier consiste à dire toujours la vérité; le deuxième à garder sa personne de toutes les oeuvres que n’aime pas le Seigneur très haut; le troisième à se conduire de manière à voir ses actes agrées de Lui.” Et il ajoutait: “Un mitsqal (environ six grammes et demi) de crainte vaut mieux que mille mitsqal de jeûnes et de prières. La plus excellente de toutes les oeuvres, c’est la pratique de la crainte et la méditation sur ses propres actes. Celui dont le coeur ne va pas de pair avec la langue, dont l’extérieur et l’intérieur ne sont pas à l’unisson, porte sur lui l’empreinte de l’hypocrisie. Le vrai fidèle est celui qui s’applique constamment à ne pas tomber dans l’hypocrisie, qui ne fait rien de ce qu’il ne doit pas faire, qui ne prononce jamais une parole qu’il ne doit pas dire.”

Commentaire ~ Le marchand Musulman honnête

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Nadr bin Shumail a dit que dans un certain endroit le prix de la soie avait augmenté et que s’il augmentait là, il devrait également augmenter à Basra. Yunus bin ‘Ubaid était un fabricant de soie et quand il a appris ceci, il a acheté d’un homme une quantité de marchandises pour trente mille. Cependant, après, il a demandé au vendeur s’il se rendait compte de l’augmentation des prix. Le vendeur a répondu qu’il n’était pas au courant et que s’il avait été, il n’aurait pas vendu à un tel prix. Yunus a insisté sur le fait que son argent soit retourné pour les marchandises qui lui ont été vendues. Ceci illustre la piété de nos prédécesseurs, car même dans leurs transactions commerciales ils ont essayé de maintenir le plus haut niveau d’honnêteté et de la clarté, concernant l’acheteur et le vendeur.

Traduit de:
Gems and Jewels
Compiled by: Abdul-Malik Mujahid
Publisher: Maktaba Dar-us-Salam
ISBN: 9960-897-59-1
Page 50

Commentaire ~ L’action

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

L’Imam Ali (que Dieu lui accorde Sa satisfaction) a dit:

“La science est liée à l’action. Celui qui sait agit. La science appelle l’action: ou bien l’action lui répond ou bien la science s’en va”.

Commentaire: Science c’est-à-dire Religion.

Commentaire ~ Est belle

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Paroles du Calife ‘Omar (que Dieu lui accorde Sa satisfaction):

L’équité est belle, mais elle l’est encore plus chez les princes.

La générosité est belle, mais elle l’est encore plus chez les riches.

La crainte scrupuleuse de Dieu est belle, mais elle l’est encore plus chez les savants.

La patience est belle, mais elle l’est encore plus chez les pauvres.

Le retour à Dieu est beau, mais il l’est encore plus chez les jeunes.

La pudeur est belle, mais elle l’est encore plus chez les femmes.

Commentaire ~ Les gens se font mal à eux-mêmes en trois choses

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Sentence de l’Imam Ali (que Dieu lui accorde Sa satisfaction):

Les gens se font mal à eux-mêmes en trois choses:

  1. Leurs excès de table, comptant sur leur bonne santé.
  2. L’acceptation de charges insupportables, comptant sur leur force.
  3. Et leur choix délibéré de l’inaction, comptant sur le destin.

Commentaire ~ Pourquoi est-ce que nous haïssons la mort?

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Une histoire reliée à Sulaiman ibn Abdel Malek, un calife musulman, au cours d’une ère d’or de l’Islam, quand l’Oumma musulmane était en expansion, la richesse du monde arrivait à la nation islamique et Allah donnait cette rizk (provisions) à l’Oumma si bien que l’Oumma vivait un mode de vie extravagant. Damas, la capitale du califat musulman à l’époque était la plus grande ville dans le monde, la ville la plus luxueuse au monde et Beni Oumaya vivaient une vie que personne d’autre dans le monde ne pouvait rêver de vivre.

Sulaiman ibn Abdel Malek accompagnait un savant d’al Tabayine (deuxième génération après les compagnons), quand il a demandé à ce savant une question: “Pourquoi est-ce que nous haïssons la mort?”, alors le savant a répondu et a dit: “Ya Amir Al Mouminine (O Chef des Croyants), vous avez construit votre Dounia (le monde actuel) et vous avez détruit votre Ekhira (l’au-delà) donc, vous ne voudriez pas imaginer quitter ce qui est construite vers ce qui est détruite.”

Le savant dit que tout ce que vous avez fait était de préparer une bonne vie pour ce monde, mais vous n’avez pas fait beaucoup pour l’au-delà. Vous avez construit un palais ici, mais vous n’avez pas construit un palais pour l’au-delà. Vous avez construit un niveau de vie confortable ici, mais vous ne vous êtes pas assuré une vie semblable dans l’au-delà et c’est pourquoi vous n’aimez pas la mort. Mais pour quelqu’un qui est en train d’investir la totalité de leur argent, leur temps et efforts dans la construction d’une vie meilleure dans l’au-delà, pour ceux-là ils aimeraient passer de ce monde vers l’au-delà.